Les produits qui ont marqué

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
1995 Les lingettes corporelles. Les lingettes, les patchs... Vers le milieu des années 90, le cosmétique se fait papier. Il arrive en premier sur le segment des bébés et la femme adopte vite ce produit nomade. Les technologies se sont développées pour imbiber les produits de substances hydratantes ou nettoyantes. Les patchs contre les points noirs ont séduit les adolescents. Mais l'efficacité a déçu et les ventes se sont progressivement écroulées. Ces ancêtres des textiles cosmétiques sont surtout présents aujourd'hui en démaquillants ou en produits pour bébés.
1995 Les lingettes corporelles. Les lingettes, les patchs... Vers le milieu des années 90, le cosmétique se fait papier. Il arrive en premier sur le segment des bébés et la femme adopte vite ce produit nomade. Les technologies se sont développées pour imbiber les produits de substances hydratantes ou nettoyantes. Les patchs contre les points noirs ont séduit les adolescents. Mais l'efficacité a déçu et les ventes se sont progressivement écroulées. Ces ancêtres des textiles cosmétiques sont surtout présents aujourd'hui en démaquillants ou en produits pour bébés.© DR

Quelles sont les avancées technologiques qui ont le plus marqué l'univers de l'hygiène-beauté? Difficile de répondre tant les domaines sont nombreux, les origines larges et les applications différentes. Les grands bouleversements sont parfois venus d'avancées chimiques pures. C'est le cas avec les anti-âge ou la coloration. Parfois, l'innovation s'est concentrée sur le packaging ou le mode d'utilisation des produits, comme avec les applicateurs à bille, les patchs ou les lingettes, créant alors une nouvelle gestuelle pour une formule de soin globalement identique. Mais d'autres innovations influencent directement le mode de consommation. Et selon l'étude réalisée par, ces dernières ont le plus marqué les consommateurs dans le secteur. Le produit reste quasi semblable, mais son utilisation prend en compte d'autres considérations. Ce fut le cas lors de l'avènement du jetable, dans les années 70, avec les couches-culottes Peaudouce (1974), ou le rasoir Bic (1975). Le produit n'est pas nouveau en tant que tel, et n'entre pas dans le cadre d'une révolution technologique. De même, l'avènement du bio ces dernières années constitue une avancée. Mais présente tout de même une dimension technique supérieure. Car faire évoluer les formules, les rendre stables avec des composants parfois difficiles à mélanger demande à certains départements de R et D de réaliser de vraies prouesses. C'est dans doute là que se situe l'évolution majeure des vingt dernières années.

 

1939

Le mascara waterproof Helena Rubinstein

Pionnière de la beauté, Helena Rubinstein était une personnalité visionnaire et déterminée. Avec ses rivales, Estée Lauder et Elizabeth Arden, elles ont compris très tôt le filon de la beauté et innoveront dans ce domaine. Passionnée de ballets aquatiques, Helena Rubinstein inventera en 1939 le mascara waterproof pour que les danseuses puissent se maquiller dans l’eau. Et c’est grâce à cette innovation qu’en cas de forte chaleur, sous les feux des projecteurs, ou l’été en soirée, le mascara peut tenir.

 

1986
Dior et les liposomes

Introduction des liposomes dans les anti-âge avec la crème Capture de Dior.
Ce sont de microscopiques petites bulles huileuses qui contiennent un agent actif aqueux. Elles permettent d’introduire dans les formules des substances qui ne se mélangent pas ou mal.
Les liposomes facilitent également une pénétration plus profonde des agents actifs, pour leur faire atteindre les cellules directement concernées. Cette technologie issue de la recherche biologique sur le génome a révolutionné le marché des anti-âge.
 

 

1995
Les lingettes corporelles

Les lingettes, les patchs… Vers le milieu des années 90, le cosmétique se fait papier.
Il arrive en premier sur le segment des bébés et la femme adopte vite ce produit nomade.
Les technologies se sont développées pour imbiber les produits de substances hydratantes ou nettoyantes. Les patchs contre les points noirs ont séduit les adolescents. Mais l’efficacité a déçu et les ventes se sont progressivement écroulées. Ces ancêtres des textiles cosmétiques sont surtout présents aujourd’hui en démaquillants ou en produits pour bébés.
 

 

2002

Le cosmétique bio

Sous l’impulsion de PME et face à la prise de conscience croissante de l’environnement,le cosmétique bio arrive en rayon en GMS. Une réelle avancée technologique. Encore aujourd’hui, certains produits comme les colorations capillaires sont difficiles à réaliser tout en respectant les certifications. Aboutir à un processus industriel stable sur certaines gammes bio constitue un réel défi. Et au regard de la multiplication des produits certifiés –382 adhérents à la charte Cosmébio depuis sa création en 2002–, le marché reste porteur, en sélectif comme en GMS.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2222

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA