Les quatre piliers sur lesquels la Fnac compte rebondir à l'heure de son entrée en bourse

|

Ce jeudi 20 juin sera une date clé dans l’histoire de la Fnac. Celle de son introduction en Bourse. Autrement dit, le passage à l’autonomie pour une enseigne sortant du giron de Kering, ex-PPR. Un grand jour, donc, pour un grand enjeu. LSA a enquêté dans son magazine à parâitre demain.

La Fnac, engagée sur des marchés structurellement « compliqués », a besoin de se trouver un nouveau souffle. Une bonne nouvelle pour elle, toutefois : à la différence de Virgin, par exemple, l’enseigne n’a pas attendu d’être au pied du mur pour bouger.

Elle s’appuie même sur quatre piliers, plus ou moins forts, pour rebondir : une offre en constante évolution, des concepts adaptés pour s’attaquer à de nouveaux territoires, une stratégie d’occupation du terrain offensive sur le web et, en magasins, une qualité de service clients rehaussée.

C’est ainsi que la Fnac entend retrouver la croissance dès 2016. Un objectif ambitieux dépendant de facteurs extérieurs – la conjoncture économique, pour commencer. Mais l’enseigne a le mérite de s’en donner les moyens.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter