Les rosés ont de l’audace

Le vin rosé se porte bien. Plus dynamique que le rouge et le blanc, il affiche sa joie de vivre et sa décontraction jusque sur ses étiquettes.

Partager

Pour le client du rayon vins, au petit jeu de la symbolique des couleurs, le rosé est sans aucun doute celle des moments heureux, joyeux et détendus. Pour les viticulteurs et vignerons, elle serait plutôt celle de l’audace. En tout cas sur les étiquettes. « Pour les rouges et les blancs, sauf quelques exceptions, il est plus difficile de jouer les cartes de l’humour, de l’audace, voire de la transgression. Les rosés, eux, peuvent presque tout se permettre. Et ils ne s’en privent pas », confie un président de cave coopérative.

Dernier exemple en date, le Château de l’Orangerie qui n’a pas hésité à miser sur le dessin et l’humour en reprenant les personnages des Shadoks (célèbre série d’animation française des années 60), la Panthère rose, et même le fameux Chat de Philippe Geluck. Le personnage du dessinateur belge apparaît sur plusieurs productions du domaine, dont un rouge (l’exception qui confirme la règle), et un rosé aux arômes de violette référencé par Lidl. Un gros chat comme ambassadeur. Il fallait y penser.

Couleur, prix, marque et positionnement

Vin décomplexé, le rosé a, de fait, en ce moment, toutes les audaces. Le plus souvent éloigné du monde labyrinthique des appellations qui nuit à la lisibilité du linéaire des deux autres couleurs, il profite de plus en plus de sa liberté et l’affiche visiblement avec une certaine réjouissance. Si le rouge et le blanc se sentent souvent obligés d’arborer un joli château sur leur étiquette, de vanter les spécificités de leur terroir, de préciser qu’ils sont embouteillés justement « au château »… Le rosé s’affranchit de plus en plus du respect de ces subtilités « œnologiques » plus ou moins objectives. Ses principaux atouts : sa couleur, son prix, sa marque… et son étiquette. Et de surfer avec entrain sur les tendances. Comme celle des rosés pâles, inconsciemment perçus par le consommateur comme moins alcoolisés. Preuve que ce dernier est parfaitement capable de bien choisir pour de mauvaises raisons…

Autre explication de cette prise de liberté des rosés : leur propension à séduire les jeunes et les femmes. Deux cibles qui, de fait, « surconsomment » le rosé par rapport aux hommes. Selon l’étude Wine Intelligence/CIVP/Vinitrac 2014, en France, 25% de la consommation féminine iraient au rosé, contre 23% pour la masculine. Cette même étude faisant également ressortir que plus un consommateur adulte est jeune, plus la part de rosé dans sa consommation de vin est élevée : 32% pour un Français de 18 à 25 ans, contre 23% pour un plus de 65 ans. Deux populations qui apprécient donc le rosé un peu davantage que la moyenne, et qui partagent peut-être également un plus grand détachement vis-à-vis des codes et de la « tradition » viticole.

Toujours le vent en poupe

Le rosé, couleur des moments heureux ? Sans aucun doute donc. Autant d’ailleurs pour ceux qui le boivent que pour ceux qui le produisent et le vendent. Le rosé reste, en effet, la couleur la plus dynamique du marché. Toutes régions de production confondues, elle représente 1,02 milliard d’euros (CAM à P2 2015, en hypers et supermarchés, selon Iri), en hausse de 4,3% par rapport à la même période en 2013. Elle pèse 292,3 millions de litres (+ 1,4%), avec un prix moyen en hausse de 2,9%, à 3,50 €, et à 4,30 € pour un rosé de Provence, le haut de gamme pour cette couleur. En comparaison, les ventes de vins rouges sont en léger déclin (- 1,7% en volume), et les blancs stables (+ 0,3%). Le rosé continue donc d’avoir le vent en poupe.

Voici pourquoi peut-être même le Bordelais, région viticole jusque-là peu portée sur le rosé, en fait aujourd’hui un cheval de bataille. Exemple parmi tant d’autres, Les Vignerons de Tutiac, qui lancent le Carrelet d’Estuaire, nouveau breuvage qui semble en route vers un joli succès. « C’est incroyable. Les gens se le sont tout de suite approprié », s’enthousiasme Stéphane Héraud, président des Vignerons de Tutiac, filiale de commercialisation de la cave des Hauts de Gironde, dans les Côtes de Blaye. « Quelques semaines après sa mise sur le marché, des clients sont venus directement au caveau pour en reprendre. Hélas, la marque est réservée à la grande distribution… », poursuit celui qui a également, il y a quelques mois, été élevé à la présidence de l’Union des côtes-de-bordeaux, regroupant 1 400 viticulteurs. L’étiquette du Carrelet d’Estuaire fait directement référence aux cabanes de pêcheurs et aux filets de forme carrée utilisés dans l’estuaire de la Gironde. Un mode de pêche traditionnel évoqué de façon très stylisée, avec des couleurs douces qui rappellent un coucher de soleil… Aucun autre vin de cette coopérative ne bénéficie d’une étiquette aussi moderne et décalée.

À l’autre bout de la France, en Alsace, l’envie d’être un peu plus audacieux s’est aussi fait ressentir. La Coopérative Wolfberger a lancé au printemps un rosé baptisé Petite Folie. Un simple, mais élégant rosé d’Alsace, dont l’étiquette se remarquera dans les linéaires : elle arbore le chapeau à grelots d’un fou du roi. Un rosé qui fera peut-être du bruit.

Nomade

Les cabanes de pêcheurs, si typiques de l’estuaire de la Gironde, apparaissent très stylisées sur les bouteilles de Carrelet d’Estuaire. Les Vignerons de Tutiac ont conçu ce rosé facile à boire et à ouvrir, car doté d’une capsule à vis.

Lecture rapide

Sobre et peu bavarde, cette étiquette laisse voir l’essentiel : la couleur pâle de ce 100% cabernet-sauvignon de la Maison Malet-Roquefort. Grâce à une macération à froid très courte, ce rosé développe des arômes puissants de fleurs blanches et de pamplemousse.

Chat-eau

À la Gloire du Chat est un bordeaux du Château de l’Orangerie, réputé pour ses étiquettes originales. Celle-ci est signée de l’illustrateur belge, Philippe Geluck. Le gag remonte jusqu’à la capsule où une souris s’amuse avec le tire-bouchon.

Fou du roi

La cave coopérative Wolfberger a lancé au printemps Petite Folie, un vin d’Alsace à boire frais, seul ou en cocktail. L’étiquette arbore un chapeau à grelots, celui du fou du roi.

Sur glaçons !

Les BAVB (boissons aromatisées à base de vin) rosées, apparues à la fin des années 2000, ont rapidement trouvé leur public. Notamment grâce à des marques bien soutenues, telles que Very Pamp (Castel) et Fruits & Wine (Belvédère). Ce jeune segment a enregistré jusqu’en 2013 des croissances annuelles de l’ordre de 50%, mais « seulement » 12% l’an dernier, sans doute du fait d’une météo peu favorable. Il n’empêche. Cette année, le négociant bordelais Yvon Mau s’invite dans la ronde avec deux marques de BAVB, Fruity Touch’ et Frozen Rosé. La première est légère en alcool (7°), la seconde doit se consommer sur glace.

Les rosés en France

  • 21,5% des vins tranquilles produits en France, + 13% versus 2013
  • 7,5 millions d’hectolitres écoulés en 2014
  • 7% de BABV (boissons aromatisées à base de vin) dans les volumes de rosé
  • 40% des rosés sont vendus en GMS, contre 36% pour l’ensemble des vins tranquilles

Source : estimations CIVP

Les AOP règnent en maître

Répartition en %, de la production française de rosé par catégories de vins en 2014

Source : Observatoire mondial des vins rosés d’Agrimer

 

 

 

 

 

 

 

 

Au sein des AOP, la Provence est leader, avec 39% de la production, devant la Loire (18%), la vallée du Rhône (14%) et Bordeaux (9%).

Sujets associés

NEWSLETTER Boissons

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

Tous les événements

Les formations LSA CONSO

Toutes les formations

LES SERVICES DE LSA CONSO

Trouvez les entreprises de la conso qui recrutent des talents

HAYS

Ingénieur commercial ENR H/F

HAYS - 07/02/2023 - CDI - Millau

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par
LSA

ARTICLES LES PLUS LUS