Les rumeurs de remaniement ministériel de retour

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Il a fallu une petite phrase de la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, pour relancer les rumeurs de remaniement ministériel, certes attendu, mais sans que l'on sache quand. Le remaniment serait assez large. Mais quels sont les postes à pourvoir ? 

Le Président de la République doit déjà plancher sur le futur gouvernement
Le Président de la République doit déjà plancher sur le futur gouvernement

Une petite phrase de Najat Vallaud Belkacem a relancé les spéculations sur un remaniement ministériel. La ministre de l'Education nationale a indiqué qu'outre le remplacement de Geneviève Fioraso, ministre de la Recherche, qui a démissionné pour raisons de santé, "un ajustement plus général aurait lieu au sein du gouvernement" et qu'il était "imminent". Il devrait en réalité avoir lieu en juin, après le Congrès du parti socialiste qui se tient le 21 mai, où les membres des différents courants vont se compter. La motion des frondeurs sera analysée de très près, notamment, pour décider s'il faut, ou non, que ce courant soit représenté au gouvernement. 

Plusieurs ministères concernés, mais lesquels ? 

Plusieurs ministères devraient changer de têtes. Certains sont connus. Le ministère du Commerce, tenu par Carole Delga, en fait partie : elle se présente à la candidature de la région Midi-Pyrénnées-Languedoc-Roussillon, où elle a de très fortes chances d'être élue. Avec celui de Geneviève Fioraso, on en compte un deuxième. Mais il ne s'agit que de ministères de second rang. Dans les grands ministères, on évoque le départ de Stéphane Le Foll de l'Agriculture, où il assure bien le "service", mais sans enthousiasme débordant. Ce proche de François Hollande devrait atterrir ailleurs, peut être à la tête d'une grande insitution, ou avec un autre portefeuille, tel que les relations avec le Parlement, par exemple. A la justice, Christiane Taubira pourrait rendre son tablier aussi. Le ministre-vedette de la vente des Rafale, Jean-Yves le Drian, devrait partir à la conquête de la région Bretagne. 

Voix trop faibles

François Hollande a également précisé les profils qu'il recherche : des socialistes et des Verts capables de défendre d'une voix forte la politique menée par le gouvernement, et contrer les critiques, notamment à gauche, vis à bis de Benoît Hamon, ou des proches de Martine Aubry. Or, dans Challenges, il avait exprimé son regret qu’un « Premier ministre fort s’accompagne de trop de ministres faibles »,  propos qui avaient d'ailleurs a jeté un froid au sein du gouvernement.

Qui pour remplacer les ministres ? 

Evidemment, nul ne sait encore qui va remplacer qui. Mais Martine Aubry ayant accepté de fusionner sa motion avec celle de la majorité au Parti socialiste pourrait être un signe de ralliement à François Hollande. Si elle veut un poste de ministre, pour les deux dernières années de la mandature, c'est maintenant ou jamais. Jean-Paul Huchon, débarqué sans ménagement de candidature à la région Ile de France, pourrait aussi en être, en lot de consolation. Les Verts de l'Assemblée nationale devraient également entrer au gouvernement. Outre les courants politiques, le Président de la République et le Premier ministre doivent aussi tenir compte de la parité pour constituer l''exécutif. Pour remplacer Carole Delga, LSA a déjà fourni une liste de prétendants potentiels. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA