Les salariés de Gad obtiennent les indemnités de licenciement demandées

|

Les salariés de l’abattoir de Lampaul-Guimiliau de la société Gad, en redressement judiciaire, ont obtenu gain de cause. En grève depuis lundi 7 octobre, ils réclamaient de meilleures indemnités de licenciement. C’est chose faite.

La société Gad est en redressement judiciaire depuis le début de l’année 2013. En répercussion, un plan de continuation prévoit de licencier 800 personnes du site d’abattage de Lampaul-Guimiliau. Les salariés qui seront licenciés, réclamaient de meilleures indemnités de départ. 

Dans un CCE qui s’est tenu lundi à Rennes, il a été décidé d’une prime supplémentaire de 1 000 euros pour les salariés ayant été présents moins de trois ans. Ceux ayant été présents plus de trois ans auront droit à 197 euros par année de présence. Et pour les salariés présents depuis plus de 10 ans, la prime sera de 2 970 euros et de 4 940 euros pour plus de 20 ans.

"C'est une évolution sur les primes mais pour nous, ce n'est pas assez", s’est exprimé Olivier Le Bras, le représentant FO. Le plan de continuation est contesté par certains syndicats : "C'est un plan construit selon nous sur 6 mois, pas plus", s’énervait Olivier Le Bras. D’autres, comme la CFDT, modéraient leurs propos : "Nous, on a voté pour le plan de continuation, on ne peut pas être contre, c'était le seul projet sur la table, le seul projet viable", a expliqué le délégué CFDT, Patrick Piguel. Si le plan de continuation proposé par la direction de Gad est refusé le 16 octobre, ce sont 1700 emplois qui seront supprimés par la liquidation de la société.

Lundi, lors de la tenue du CCE à Rennes, 150 à 200 salariés ont tenté d’y pénétrer de force. Les CRS ont dû intervenir pour calmer la situation tendue.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message