Les salariés de Sephora souhaitant travailler le soir sont déboutés pour la troisième fois

|

Jamais deux sans trois ! Après avoir été déboutés deux fois en octobre, la centaine de salariés du Sephora Champs-Elysées qui se disent tous volontaires pour travailler après 21 heures et qui estiment qu’il y a "atteinte à leur contrat de travail" ont vu une nouvelle fois leur demande rejetée par la justice.

"Nous nous attendions à cette décision", a commenté Joëlle Aknin, avocate des salariés. "Nous avons pu constater le jour de l'audience que les magistrats n'étaient pas disposés à entendre le message que les salariés étaient venus délivrer. La cause était déjà jugée avant d'être entendue".

Sephora avait été condamnée le 23 septembre par la cour d'appel de Paris à ne plus faire travailler ses salariés jusqu'à minuit dans son magasin situé sur la célèbre avenue parisienne, après une action de l'intersyndicale du commerce parisien Clic-P (CGT, CFDT, Seci-Unsa, SUD et CFE-CGC). La filiale de LVMH s’est pourvue en cassation et la décision du juge suprême est attendue pour les prochaines semaines.

Le code du travail stipule que le travail de nuit est en principe exceptionnel et qu’il doit être justifié par la nécessité d'assurer la continuité de l'activité économique ou des services d'utilité sociale. Sephora met en avant la perte de chiffre d’affaires qu’il estime à 20% et l’impact sur l’emploi. La semaine dernière, des députés UMP, conduits par Nathalie Kosciusko-Morizet, ont défendu devant l’Assemblée Nationale  une proposition de loi visant à assouplir les possibilités d'ouverture pour les commerces. De leur côté, les syndicats mènent une bataille contre le travail de nuit, dénonçant les effets néfastes sur la santé, notamment le cancer du sein et de la prostate.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message