Les sites anticrise, stars du Net

|

Les e-commerçants surfent sur la crise en proposant des solutions pour faire des affaires, éviter de surconsommer ou même gagner de l'argent. Et les consommateurs sont au rendez-vous.

Le point commun des nouvelles pousses du Net ? La dimension anticrise. L'envie de monter une société est souvent l'élément déclencheur, s'y ajoute l'intérêt pour la dimension communautaire, le tout dans un contexte économique morose.

Du coup, les sites « bons plans » se multiplient : « 55% des ventes en ligne sont des soldes ou des promotions », indique Thomas Saphir, cofondateur d'Ubudu. Cette start-up agrège des deals, des offres promotionnelles et des soldes dans la catégorie shopping sur le web et de façon géolocalisée sur mobile.

« Nous nous sommes lancés en novembre 2011, avec une approche technologique et la volonté de fluidifier ce type d'informations pour les clients, reprend Thomas Saphir. Aujourd'hui, notre souhait est d'être un assistant " bons plans ", mais aussi un partenaire pour les enseignes en les aidant à trouver des clients via des alertes ou un positionnement premium sur notre plate-forme. »

Les gens ne veulent pas faire vivre la crise à leurs enfants. Nous leur permettons donc d’accéder à de grandes marques à des prix cassés.

Hélène Morel, webmarketing manager chez ToysLegend

 

Jouer la proximité

D'autres concepts dont l'objectif est de permettre aux Français de faire des économies ou de générer des revenus complémentaires fleurissent sur la Toile.

C'est le cas de Seedbees, site à vocation communautaire imaginé par un médecin, Bertrand Legrand, qui a remis au goût du jour la bonne vieille vente à domicile en créant la première communauté en ligne dédiée à ce circuit. L'idée est maligne. Elle a d'abord séduit les amis de Bertrand Legrand, qui se sont lancés dans l'aventure. D'autant que personne ne s'est encore hasardé sur ce terrain.

Seedbees a mis deux ans à voir le jour, entre la conception du site, sa mise en place et la recherche de fonds (800 000 € pour le progiciel et le graphisme). Le principe est de mettre en relation les vendeurs, les entreprises et les acheteurs sur une même plate-forme. Les vendeurs choisissent sur le site les objets qu'ils souhaitent vendre en fonction de leurs centres d'intérêts (décoration, cuisine, puériculture...) et achètent ou louent un kit de démonstration. Une fois la vente effectuée, le paiement est validé par l'acheteur lui-même au bout de sept jours. Le site décharge les vendeurs des tâches administratives. Ils ont le statut de vendeur social à domicile indépendant, bénéficient de l'assurance-maladie et cotisent pour leur retraite.

Le chiffre

55% : La part des ventes en ligne qui sont des soldes ou des promotions

Source : Ubudu

 

Partenaire des marques

« Nous avons déjà 600 vendeurs en cours de contractualisation, indique Bertrand Legrand. Nous sécurisons le paiement et nous éditons les fiches de salaire. Chaque marque choisit le nombre maximum de vendeurs qu'elle souhaite. Nous voulons être des partenaires pour celles qui ont des besoins en distribution. Elles maîtrisent leur prix de vente, ont la main sur les marges et ne vendent que là où elles le désirent, puisque nous pouvons exclure des zones. Elles ont aussi la possibilité d'obtenir un retour direct des clients. »

Autre concept anticrise, celui de Kiditroc, destiné, lui, à réduire l'un des principaux postes de dépense des familles : l'habillement. Futé ! Le site s'inspire d'un site américain qui récupère les vêtements, contrôle leur qualité et les propose sur le web.

Issus de la communication et du marketing, les fondateurs, tous deux papas, sont tombés en arrêt sur ce site, séduits par le concept. Le premier plan de financement a été conçu avec leurs fonds propres et un prêt d'honneur décroché auprès de France Initiative. Ils amorcent alors un début de communauté où ils cherchent et discutent avec les membres pour affiner leur modèle d'échange de vêtements pour enfants via un système de packs.

 

« Le bon " deal" »

L'inscription est gratuite, tout comme l'expédition de leur premier pack en relais colis. Ce n'est que lorsque la maman choisit à son tour un pack qu'elle s'acquitte d'une somme de 15 €, qui correspond aux frais de fonctionnement du site. « Personne ne s'est plaint de ce montant, assure Bertrand Carcel, l'un des cofondateurs. Les mamans savent que nous sommes dans le bon " deal ". »

En novembre, ils ont effectué un pré-lancement pour générer un stock initial, et ouvert les échanges en février. Aujourd'hui, 300 packs environ sont disponibles. « Nous sommes encore en mode création et découverte, mais nous allons accélérer le rythme, assure Bertrand Carcel. Notre objectif est de compter des milliers d'utilisatrices. Lorsque la mécanique sera huilée, nous irons lever des fonds. »

 

Tiers de confiance

Le site ToysLegend, né en 2012, appartient à la société Blackdivine, basée à New York et dirigée par les frères Truchot, à l'origine du site de rencontre Gleeden et dirigeants de l'agence de marketing digital Touchvibes. Le concept est louable : offrir une seconde vie aux jouets. « Le marché du jouet ne décélère pas, explique Hélène Morel, webmarketing manager chez ToysLegend. Les gens ne veulent pas faire vivre la crise à leurs enfants. Nous leur permettons donc d'accéder à de grandes marques à des prix cassés. »

Le modèle en test est, pour l'instant, sans commission et sans publicité. Le site revendique 1 500 membres et 5 000 pages vues par mois. Si les valeurs de recyclage sont mises en avant, l'objectif est de constituer une base membres à monétiser par la suite. Elle recherche aussi des partenaires dans le commerce équitable pour proposer des jouets neufs.

Le principe serait alors identique à celui du site détenu par les épouses des frères Truchot, Ugotawich, axée sur les vêtements, la maroquinerie et les accessoires d'occasion couplés à la vente de produits de créateurs. Créé il y a trois ans, avec 28 000 membres, aucune commission n'est prélevée, mais un service premium de mise en avant des produits est proposé. « Nous jouons les tiers de confiance, explique Coralie Schwartz, responsable marketing du site. La concurrence est rude. Nous ciblons la femme et nous voulons pousser... l'enfant. » Tiens donc!

Trois idées simples et malignes

SEEDBEES

La vente à domicile remise au goût du jour

  • CRÉATION Novembre 2011
  • CONCEPT Première communauté de vente à domicile, le site met en relation des entreprises et des particuliers, qui découvrent, testent et distribuent physiquement leurs produits lors de moments conviviaux. Le vendeur perçoit une commission sur chacune de ses ventes.
  • UNE ARME ANTICRISE POUR

- Permettre aux vendeurs d'accéder à un complément de revenus.

- Favoriser l'essor de petites marques.

- Payer le juste prix d'un produit testé.

KIDITROC

Le troc de vêtements d'enfants

  • CRÉATION Novembre 2011
  • CONCEPT Un réseau social dédié à l'échange de vêtements pour enfants avec un système de discussions en ligne.
  • UNE ARME ANTICRISE POUR

- Réduire l'un des principaux postes de dépense pour les ménages que constitue l'habillement.

- Vider les placards en évitant de démultiplier les frais de port grâce à un système d'échange par lot.

- Proposer un espace d'entraide et d'échange entre les parents.

TOYSLEGEND

L'achat-vente de jouets d'occasion

  • CRÉATION Février 2012
  • CONCEPT Une plate-forme communautaire où parents et enfants peuvent vendre et acheter des jouets d'occasion tout en partageant des conseils, des astuces et des bons plans autour du monde de l'enfance et du développement durable.
  • UNE ARME ANTICRISE POUR

- Bénéficier d' un revenu additionnel en vendant les jouets délaissés par les enfants.

- Accéder à des occasions de grandes marques à des prix allant jusqu'à - 90%.

- Éviter le gaspillage et réduire l'impact sur l'environnement.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Article extrait
du magazine N° 2219

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message