Les sites marchands s'imposent dans la chaussure

|

développement - En offrant de nouveaux services,, des e-commerçants convainquent le client d'acheter des chaussures... sans les essayer.

Sarenza et Spartoo ont une visibilité bien supérieure à leur position dans la vente de chaussures en ligne. Sarenza a lancé le 21 novembre la version 2 de son site d'e-commerce et fait voter 35 000 internautes pour élire son nouveau logo : son nom, appuyé par une boîte à chaussure. Le site a aussi récolté plus de 9 millions d'euros de capital depuis sa création, fin 2005, en trois levées de fonds, dont la plus récente date du mois de mai. L'argent arrive aussi dans les caisses de Spartoo. Ce concurrent a réuni 4,3 millions d'euros le 12 novembre et déjà 5,5 millions en 20 mois d'existence.

Si Sarenza et Spartoo sont encore de petits intervenants sur le marché de la chaussure en ligne, avec 10 millions d'euros de chiffre d'affaires à eux deux attendus en 2007, les sommes qu'ils ont réunies prouvent que les investisseurs croient en son avenir (lire ci-dessous). Les clients aussi. Sarenza et Spartoo ont vendu près de 250 000 paires de chaussures depuis leurs débuts. Leur arrivée, et celle d'autres sites, comme Desmazières, a dynamisé ce secteur qui ronronnait du temps des catalogues. Ces e-marchands ont misé sur le choix et le service pour convaincre les internautes d'acheter des souliers sans les essayer. Sarenza propose 300 marques et Spartoo 75. « Nous sommes le plus grand magasin de chaussures de France, déclare Stéphane Treppoz, directeur général de Sarenza. La plupart proposent une dizaine de marques. »

Sans toucher au produit

Le service est un autre argument. Sarenza offre la livraison quel que soit le montant de la commande. « Certains sites accordent des délais de rétractation bien supérieurs aux sept jours en vigueur », explique Dorval Ligonière, le responsable études et marketing de la Fédération française de la chaussure. Les clients de Sarenza ont cent jours pour retourner leur achat, trente jours chez Spartoo. Enfin, un travail a aussi été effectué sur la présentation des produits. Moteurs de recherche, zoom, prises de vue sous différents angles, tout est fait pour essayer de faire oublier au client qu'il ne touchera pas le produit. Autant d'attraits indispensables pour exister sur ce marché où de nombreux intervenants sont déjà présents : vépécistes, chaînes spécialisées, marques, enseignes de sport et enfin spécialistes des ventes privées.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2023

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres