Les soldes dureront quatre semaines en 2019

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dans un entretien au Parisien, Delphine Gény-Stephann, secrétaire d'Etat à l'Economie, annonce que la période des soldes sera fixée à quatre semaines, été comme hiver dans le cadre du projet de loi Pacte (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises).

Sujet récurrent, la durée et la date de coup d'envoi des soldes vont faire l'objet d'un projet de loi au printemps.
Sujet récurrent, la durée et la date de coup d'envoi des soldes vont faire l'objet d'un projet de loi au printemps.© © Laetitia Duarte

Six, cinq, flottants, pas flottants? Finalement, ce sera quatre semaines. Delphine Gény-Stephann, secrétaire d'Etat à l'Economie auprès de Bruno Lemaire, qui a choisi Orléans ce matin 10 janvier pour lancer officiellement le démarrage des soldes, révèle dans le Parisien que la durée va être ramenée à quatre semaines. La date de rendez-vous, toujours le deuxième mercredi de janvier et le quatrième mercredi de juin, ne bougera pas en revanche. "Les professionnles ont exprimé le souhait de réduire la période de soldes afin de focaliser l'attention, de créer plus d'urgence et d'envie", explique cette ancienne de Saint-Gobain. C'est peu dire. Entre le Black Friday, qui ne cesse de s'amplifier, et les ventes privées qui démarrent dès le lendemain de Noël, les soldes ne ressemblent plus aux soldes.

Projet de loi PACTE

Effective dès 2019, cette nouvelle mesure fera partie du projet de loi PACTE (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises). A cela s'ajoute une autre idée : les professionnels réfléchiront à l'instauration d'un "nouvel évenement", de type Black Friday, en dehors des soldes. Car ce n'est pas sans avoir consulté les professionnels que Bercy a pris cette décision. Une commission dirigée par William G.Koeberlé, président du Conseil de Commerce de France, qui rassemble toutes les branches du commerce spécialisé, s'est vu confier fin août 2017 la mission d'organiser une concertation sur le sujet.

Professionnels unanimes...

Il en résulte un relatif consensus sur ce rendez-vous cher aux Français. "Les commerçants sont très attachés au maintien des soldes et au caractère collectif de cette démarche commerciale", précise William G.Koeberlé. Pour autant, pas question de bouleverser le calendrier. Les professionnels réunis veulent conserver deux périodes légales, soldes d'été et d'hiver, qui démarrent toutes en même temps, quel que soit l'endroit, terre ou mer. Et tous préconisent une réduction à quatre ou cinq semaines. 

...sauf sur la date de démarrage

Un seul point cristallise des désaccords, la date de démarrage. Fallait-il l'avancer avant le 1er janvier ou la reculer à fin janvier? "Compte-tenu de la diversité des formes de commerces et des modèles économiques, de la nature de la clientèle (nationale ou étrangère, locale ou touristique), aucune date de démarrage n'est susceptible de convenir à tous les commerçants", détaille William G.Koeberlé. D'où la décision de statu quo.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA