Les sushis, un plat courant et accessible pour 22% des Français

|

Ce mercredi 18 mai 2016, le Centre des produits de la mer de Norvège a dévoilé les résultats d’une vaste étude réalisée par TNS Sofres consacrée aux habitudes de consommation des produits de la mer. Pour 22% des Français, les sushis sont devenus un plat courant et accessible.

21% des personnes interrogées par TNS Sofres déclarent acheter leurs sushis en super et hypermarchés
21% des personnes interrogées par TNS Sofres déclarent acheter leurs sushis en super et hypermarchés

Selon les résultats de l’étude menée par TNS Sofres pour le compte du Centre des produits de la mer de Norvège (étude réalisée du 29 mars au 4 avril 2016 auprès de 2000 personnes âgées de 20 à 65 ans), 49% des personnes interrogées déclarent ne jamais manger de sushis. Bonne nouvelle tout de même, Parmi ceux qui en consomment, 22% déclarent en manger au moins une fois par mois, voire plus, ce qui constitue une fréquence d’achat relativement élevée. Sans surprise, les jeunes âgés de 20 à 34 ans constituent les plus gros consommateurs de sushis  (30%) alors que les plus de 45 ans ne sont que 15% à en manger une fois par mois, voire plus. Le niveau d’études (et donc de pouvoir d’achat induit) est un autre facteur déterminant : plus il est élevé, plus la consommation de sushis à tendance à augmenter. L’endroit où se trouvent les personnes interrogées est également un élément à prendre en compte : 40% des personnes qui déclarent manger des sushis au moins une fois par mois, voire plus, vivent à  Paris ou dans la région parisienne, là où l’offre est la plus développée.

Des sushis pour toutes les bourses

Parmi les plus anciens consommateurs de sushis (depuis plus de 10 ans) figurent les plus hauts revenus et les niveaux d’études les plus élevés des personnes interrogés par TNS Sofres (ils sont 15%). Cependant, pour ceux qui déclarent consommé des sushis depuis 4-6 ans (24% des personnes interrogées), voire depuis 1 à 3 ans (22 %), ces caractéristiques socio-économiques ne sont plus perceptibles, ce qui laisse penser, selon TNS Sofres, que la consommation de sushis est belle et bien devenue accessible pour tous, quel que soit le niveau de revenus du foyer.

Le goût d'abord

L’étude s’intéresse aux 49% qui déclarent ne jamais consommer de sushis. Le scepticisme à l’égard d’un produit cru est une raison avancée par 45% d’entre-eux. Pour 32% d’entre-eux, les sushis restent un produit trop cher et pour 24%, c’est parce que leurs familles et amis n’en mangent pas qu’ils n’en achètent pas. Il est intéressant de noter que les consommateurs qui achètent des sushis aiment le goût de ces produits (59% d’entre-eux). Les considérations de santé et de diététique sont des motivations qui arrivent loin derrière (39%). Les achats sont réalisés pour 35% des déclarants dans des restaurants indépendants, dans des chaines de restaurant  (28 %) et  enfin dans les supermarché et hypermarchés (21%).

Des dépenses raisonnables

Enfin, les personnes interrogées ne placent visiblement pas les sushis au même niveau que la gastronomie française. Aucun consommateur, quel que soit le lieu d’achat, n’est prêt à dépenser plus de 55 € pour des sushis. Dans le circuit des hypermarchés et des supermarchés, 34% sont prêts à dépenser moins de 10€ et seulement 16% entre 10 et 25 €. Dans les chaines de restaurants, les consommateurs se montrent prêts à dépenser plus : (moins de 10 € pour 24% des personnes interrogées et plus de 25€ pour 34%).

LSA reviendra dans son édition papier sur d’autres enseignements de cette vaste étude qui concerne l’ensemble des produits de la mer et les habitudes de consommation des Français . 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres