Les syndicats de FagorBrandt demandent "l'aide de l'Etat"

|

Alors que le groupe d'électroménager est confronté à de graves difficultés, les représentants de quelque 2000 salariés français ont été reçus ce lundi 04 novembre à Bercy.

Fagor

Et si FagorBrandt déposait le bilan en France avant même sa maison-mère ? Alors que les lignes de production de ses quatre usines françaises ont été stoppées depuis le 21 octobre dernier, la filiale française du groupe espagnol Fagor semble dans l'impasse : selon les syndicats, sa dette s'élève à 250 millions d'euros, dont 108 millions dus au groupe espagnol, lui-même confronté à une dette totale de quelque 700 millions d'euros et déjà entré en procédure de "pré-dépôt de bilan".

Lâché par son propriétaire

Les possibilités de sortie de crise se sont récemment restreintes pour Fagor : malgré diverses négociations, la coopérative Mondragon, propriétaire du groupe, a indiqué le 30 octobre dernier qu'elle n'apporterait pas son soutien financier à Fagor. Le lendemain, la filiale polonaise du groupe déposait le bilan. Reste donc au groupe à trouver de nouveaux alliés auprès de tiers (dont les banques qui détiennent un tiers de sa dette) ou des pouvoirs publics. En France, les syndicats du groupe, qui a compté parmi les premiers à obtenir le label Origine France Garantie, espèrent que le Made in France ne restera pas, auprès de Bercy, qu'un simple slogan.
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message