Les taxes poussent les acteurs à réagir

Depuis trois ans, le secteur des boissons est assommé de taxes. Taxe soda, hausse des droits d'accise sur la bière et les spiritueux... Ces impositions vont encore augmenter en 2014. L'innovation est l'un des moyens d'en limiter les effets.

Partager

MATRAQUAGE FISCAL

  • 2012 Création de la taxe soda. Hausse des droits d'accise (+ 9,6%) sur les spiritueux.
  • 2013 Hausse des droits d'accise sur la bière de 75 à 160% selon la taille des brasseries.
  • 2014 Hausse de la TVA (de 19,6% à 20%) pour les boissons alcoolisées. Création d'une taxe sur les boissons énergisantes (1 €/l).

Et une taxe de plus ! Dès le 1er janvier 2014, les acteurs des boissons énergisantes vont devoir s'acquitter d'un nouvel impôt sur les produits contenant un seuil minimal de 220 mg de caféine ou de 300 mg de taurine par litre. Il leur en coûtera 1 € par litre. Et l'on cite les apéritifs à base de vin, gros succès commercial de ces trois dernières années, comme prochaines victimes du matraquage fiscal.

Fort impact sur les spiritueux

Depuis trois ans, le secteur des liquides est dans le viseur de Bercy. Et ce n'est pas fini. « La France est le seul pays où l'on paie de l'impôt sur l'impôt », s'énerve un acteur des spiritueux. Début janvier, les droits d'accise vont grimper de 1,75%, ce qui était prévu par la loi Fillon. Les spiritueux verront aussi leur TVA passer de 19,6% à 20%. Or, la TVA s'applique sur les tarifs droits d'accise compris. Les prix des spiritueux vont donc encore bondir en 2014.

Les fabricants n'ont d'autre choix que de s'adapter. La bière, frappée début 2013 par une forte hausse des droits d'accise, a vu, dès lors, ses prix bondir de 12%, selon Iri. « L'impact de la taxe est définitivement avéré, assure Pascal Chevremont, délégué général des Brasseurs de France. D'ici fin 2013, la production brassicole aura baissé de 10% en France. »

La bière mieux vendue en GMS

La filière brassicole finira 2013 avec des volumes de production en baisse de 10% sous les effets de la taxe, de la météo et de la réduction du pouvoir d’achat.

Pascal Chevremont, délégué général des Brasseurs de France

Mais c'est dans les bars que les petites mousses sont moins demandées. La GMS, elle, bénéficie plutôt d'un transfert de consommation du hors domicile vers le domicile car les ventes croissent en volume (+ 1%, CAM à fin août 2013). Et puis, les brasseurs mènent depuis quelques années une politique de premiumisation. Ainsi, le segment le plus haut de gamme, les bières de spécialités, s'envole de 11%. La taxe ne lui a pas nui. Pour les autres, la réalité est plus dure. Comme le segment des bières de luxe dont les ventes ont encore chuté de 5,8%. Alors, les brasseurs ont beaucoup innové. Ainsi, les Brasseurs de Gayant ont reformulé la Divine au pamplemousse. Elle titre 2,8° au lieu de 4,5° précédemment. « Nous allons payer 3,60 € de droits d'accise contre 7,20 € si nous étions restés sur un titrage de 4,5° », explique Jean-François Guisnel, directeur commercial de cette brasserie de Douai (59). Coca-Cola propose ses colas dans un format 1 litre. Un format qui fait mécaniquement baisser le prix de vente pour faire oublier l'effet de la taxe soda.

LES BIÈRES TOUCHÉES PAR UNE FORTE INFLATION

Évolution des ventes en valeur, CAM à fin août 2013 versus même période 2012, en hypers et supermarchés Source : Iri,

En 2012, l'impact des taxes sur les sodas et les spiritueux sur les ventes avait été immédiatement constaté. Ainsi, les ventes de soft drinks avaient chuté de 3,4% entre janvier et mai 2012 (contre + 3,4% sur la même période en 2011), et celles de spiritueux avaient dérapé de 3% (contre -0,2% sur la même période en 2011).

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Boissons

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

Tous les événements

Les formations LSA CONSO

Toutes les formations

LES SERVICES DE LSA CONSO

Trouvez les entreprises de la conso qui recrutent des talents

Harry Hope

Comptable Mid-Level (H/F)

Harry Hope - 03/02/2023 - CDI - Thionville

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par
LSA

Les réseaux de Franchises à suivre

ZESTIA

ZESTIA

L’immobilier comme vous ne l’avez jamais vécu.

+ 2600 franchises référencées

Tout voir
Proposé par
Toute la Franchise

ARTICLES LES PLUS LUS