Les technologies de la télé décryptées

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La HD à peine assimilée, le consommateur entend depuis quelques mois parler de 3D, de HBBTV, de TV connectable. Quelles sont ces technologies ? Pourquoi sont-elles si nombreuses ? Décodage...

Il y a dix ans, c'était simple. Lorsqu'il voulait acheter une télé, le consommateur n'avait que deux choix à faire : la taille de l'écran et la marque. Au milieu des années 2000, la haute définition (HD) a compliqué un peu plus la donne (Full HD ou HD Ready ?). Mais, depuis un an, c'est l'explosion. Le marché de la télévision étant frappé de déflation structurelle, les industriels doivent innover constamment pour réinjecter de la valeur sur le marché (le prix moyen est passé de 573 à 500 € en 2010). D'où l'arrivée de la 3D en 2010... qui a malheureusement fait un flop. Manque de contenu (10 films disponibles en 2010), écrans trop chers, démos magasins pas assez nombreuses du fait du prix des lunettes... Résultat, des marques comme LG parient sur une technologie concurrente (la 3D dite passive) au risque de brouiller la perception du consommateur. « Les deux technologies fonctionnent avec toutes les sources de programme en 3D ; le choix du consommateur ne le prive de rien », explique Alexandre Fourmond, directeur marketing de LG France, qui compte vendre 500 000 exemplaires de ses téléviseurs « cinéma 3D » (passif, donc) en 2011. La marque prévoit de disposer 500 bornes de démo d'ici fin juin dans la distribution.

Les chiffres

8,95 millions Le nombre de téléviseurs qui devraient se vendre en France en 2011, contre 8,5 millions en 2010

116 000 Le nombre - décevant - de téléviseurs 3D vendus en France en 2010, soit moins de 1,5% des ventes globales

775 000 Le nombre de téléviseurs connectables vendus en France en 2010, soit 9% des ventes globales

Source : GfK ; origine : fabricants

 

Quatre contenus internet possibles

Quand l'acheteur aura choisi son écran 3D, il ne lui restera plus alors qu'à surfer entre les divers services proposés par les téléviseurs connectés, qui devraient représenter 30 % des ventes en 2011, selon GfK. Car entre la HBBTV, les portails des fabricants d'écrans, les contenus des box et ceux des consoles de jeux, cela peut faire quatre niveaux de contenus internet disponibles pour les écrans connectables. Avec d'innombrables services en doublon, comme la VOD par exemple. « Les offres sont nombreuses car tous essaient de proposer la meilleure interface possible, celle qui permettra à l'utilisateur de surfer sur sa télé comme sur son PC », explique Hervé Vancompernolle, directeur marketing de Sony France. Au risque de déboussoler encore un peu plus un consommateur de plus en plus perdu au rayon des téléviseurs. Petit tour d'horizon des technologies actuelles.

Le HBBTV, le télétexte nouvelle génération

L'hybrid Broadcast Broadband (HBBTV) est un standard européen de diffusion pour les téléviseurs connectés. Concrètement, il s'agit d'une version 2.0 de l'ancêtre télétexte. Il permettra aux chaînes de donner, via la TNT et internet, du contenu supplémentaire aux programmes en cours de diffusion, comme le détail d'une recette de cuisine, la filmographie d'un acteur, le ralenti d'un but... Plus besoin de se soucier des partenariats des fabricants de télés avec les chaînes (comme Sony avec M6). Aujourd'hui, plus d'une centaine d'acteurs de l'audiovisuel (TF1, France Télévision...) et d'industriels de la TV (Samsung, Sony, Philips...) ont adhéré au consortium pour promouvoir le HBBTV, qui ne devrait cependant pas être disponible en France avant 2012.

Les portails internet des fabricants

Toshiba, Samsung, Sony, LG... Tous les grands fabricants proposent un ensemble de services accessibles directement depuis son téléviseur connectable à internet. Souvent rassemblés sous forme de portail (tel Toshiba Places), ils proposent de la vidéo (YouTube, DailyMotion...), du film en VOD (Vidéo Futur...), de la musique en téléchargement (comme sur le service Qriocity de Sony), de la télé de rattrapage (M6 avec Sony, TF1 avec Samsung...) ou encore toute une série d'applications et de jeux comme sur la SmartTV de Samsung. Problème : ces services font souvent doublons avec ceux fournis par les box des opérateurs (NeufBox, LiveBox...) qui proposent déjà des services équivalents.

La google tv, pour surfer sur internet

Un air de TV connectée 2.0 signé Google. Alors que les portails des fabricants proposent des services prédéfinis (VOD...) ou des applications à télécharger, la Google TV promet de transposer la liberté du surf sur internet sur l'écran de télé via une barre de recherche Google en surimpression. Lancée sur les TV Sony fin 2010 aux États-Unis, la Google TV a fait un flop. En cause : des écrans trop chers, une interface complexe et, surtout, une opposition de certaines chaînes, qui ne supportent pas que Google propose du contenu en surimpression de leurs programmes et passent de la pub relative auxdits programmes alors que ce sont elles qui les financent. Le système irrite aussi dans l'Hexagone et Sony a, pour l'heure, repoussé à 2012 la sortie française de la Google TV.

La 3D active, plus lumineuse

C'est la technologie choisie par les fabricants en 2010 comme Samsung et Sony. Le principe : l'écran montre l'image de gauche puis l'image de droite et ce à très grande vitesse. Les lunettes obturent ainsi l'oeil droit puis l'oeil gauche, en synchronisation avec l'écran. Ainsi, les yeux voient successivement une image différente, ce qui crée une illusion de relief. Cette technologie nécessite des écrans à haute fréquence (200 hertz minimum) et est de meilleure qualité sur les écrans plasma. Si elle est plus lumineuse, la 3D active pose néanmoins le problème du prix et du poids des lunettes. Ces dernières incluent en effet de la technologie, et coûtent aux alentours de 60 € pièce.

La 3D passive, plus abordable

Technologie soutenue par le coréen LG (Cinéma 3D), la 3D polarisée dite « passive » est présente dans les salles de cinéma. Le principe : chaque ligne de l'écran est polarisée grâce à un filtre présent dans la dalle. Une ligne envoie l'image de l'oeil droit, l'autre l'image de l'oeil gauche et ainsi de suite. Les lunettes permettent à chaque oeil de ne voir que la ligne qui le concerne. Cette technologie, qui ne fonctionne qu'avec des écrans led et LCD, permet de disposer de lunettes peu onéreuses (moins de 5 €), plus légères, qui ne nécessitent pas d'alimentation. Inconvénient : elle assombrit l'image en 3D comme en 2D. Certains fabricants (Toshiba notamment) la cantonnent aux écrans d'entrée de gamme.

La 3D sans lunettes, plus conviviale

Poussé par les japonais Sony et surtout Toshiba, c'est la technologie qui devrait se substituer à celle, peu conviviale, des lunettes. Concrètement, une couche de lentilles disposées sur l'écran permet de diviser l'image en neuf axes de vision. Ainsi l'oeil droit et l'oeil gauche perçoivent en permanence les deux images qui, une fois reconstituées, reproduisent la 3D. Quasi expérimentale (même si Toshiba a lancé des modèles au Japon), cette technologie ne propose pas une qualité d'image comparable à celle des modèles avec lunettes (manque de netteté). Les premiers produits n'arriveront pas en France avant 2012.

Carnet des décideurs

Shigeru Kumekawa

Shigeru Kumekawa

Futur directeur général et président de Sony Marketing Inc

Hideyuki Furumi

Hideyuki Furumi

Président de Sony Europe

Sébastien Missoffe

Sébastien Missoffe

Vice-président et directeur général de Google France

Machiel Frijters

Machiel Frijters

Directeur marketing de Sony France

Laurence Nentas

Laurence Nentas

Directeur marketing et communication de Toshiba TEC Imaging Systems France

Philippe Cardon

Philippe Cardon

Vice-président Europe du Sud de Sony Computer Entertainment Europe

Gary Guillier-Marcellin

Gary Guillier-Marcellin

Directeur de la division display de Samsung Electronics France

Gary Guillier-Marcellin

Gary Guillier-Marcellin

Directeur de la division display de Samsung Electronics France

Richard Brunois

Richard Brunois

Directeur de la communication de Sony Interactive Entertainment France

Emmanuel Grange

Emmanuel Grange

Directeur administratif et financier de Sony Interactive Entertainment France

Hervé Ollien

Hervé Ollien

Directeur des divisions Home Appliance & Healthcare de Samsung Electronics France

Fabrice Colusso

Fabrice Colusso

Directeur du compte Orange du groupe Sony Mobile Communications

Jean-Raoul de Gélis

Jean-Raoul de Gélis

Directeur général de Sony Mobile France

Maxime Guirauton

Maxime Guirauton

Directeur marketing et communication B2B de Samsung Electronics France

Guillaume Berlemont

Directeur marketing produit IM de Samsung

François Loviton

François Loviton

Directeur Retail France chez Google

Florent Lafarge

Florent Lafarge

Directeur de Business Unit B2C PC de Toshiba France

Lee Boo-Jin

Présidente-directrice générale de la marque hôtelière Shilla de Samsung

Philippe Reverseau

Philippe Reverseau

Directeur de la division électroménager de Samsung France de 2008 à 2012

Gee-Sung Choi

Gee-Sung Choi

Directeur de la stratégie d'entreprise de Samsung Electronics

Frédéric Fauchère

Frédéric Fauchère

Directeur commercial de Samsung Electronics France

Lee Jae-Yong

Vice-président de Samsung Electronics

Lee Byung Chul

Fondateur de Samsung

Seok Pil Kim

Seok Pil Kim

Directeur général, en charge du marketing du mobile de Samsung Group de 2014 à 2015

Lee Kun-hee

Lee Kun-hee

Président de Samsung Electronics

Kazuo Hirai

Kazuo Hirai

Président-directeur général de Sony Co entre 2012 et 2019

Marc Mathieu

Marc Mathieu

Directeur marketing de la branche mobile de Samsung

Dennis Van Schie

Dennis Van Schie

Vice-président, directeur commercial de Sony Mobile Communications

Hiroki Totoki

Hiroki Totoki

Président-directeur général de Sony Mobile Communications Inc

Kenichiro Yoshida

Vice-président exécutif et directeur financier de Sony Corporation

Nick Caplin

Nick Caplin

Directeur de la communication de Sony Computer Entertainment Europe

Gildas Pelliet

Gildas Pelliet

Directeur général de Sony France

Fabien Neel

Fabien Neel

Directeur marketing et communication de Samsung Electronics France

David Mignot

David Mignot

Directeur général France de Sony Mobile Communications

Nicole Seligman

Nicole Seligman

Présidente de Sony Corporation of America (SCA)
Présidente de Sony Entertainment […]

Mark Khalil

Mark Khalil

Vice-président exécutif et conseiller juridique général de Sony Corporation of America

Steven Kober

Steven Kober

Vice-président exécutif et directeur financier de Sony Corporation of America (SCA)

Andrew House

Andrew House

Président de Sony Computer Entertainment

Alan Eustace

Alan Eustace

Vice-président senior au sein de Google

Olivier Terme

Olivier Terme

Directeur marketing France de la division mobile de Sony

Benoît Lambert

Benoît Lambert

Directeur général de Sony France

Éric Cariou

Président-directeur général de Toshiba Systèmes France SAS (TSF)

Blaise Aguera y Arcas

Blaise Aguera y Arcas

Ingénieur au sein de Google

Hiroshi Kawano

Président de Sony Japon

Eric Emerson Schmidt

Eric Emerson Schmidt

Président exécutif et président du conseil d'administration de Google

Larry Page

Larry Page

Cofondateur et président-directeur général de Google avec Sergey Brin

Sergey Brin

Sergey Brin

Co-fondateur de Google

Stéphane Labrousse

Stéphane Labrousse

Directeur du marketing de Sony France

Kristell Schuber

Directrice marketing de Google France

Nick Leeder

Nick Leeder

Directeur général de Google France

Masaru Ibuka

Co-fondateur de Sony

Akio Morita

Cofondateur de Sony

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2179

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA