Les tendances de l’immobilier commercial au Mapic 2013 en 5 mots-clés

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Tout sauf déprimés ! Tels sont apparus les professionnels de l’immobilier commercial réunis au Mapic, salon des décideurs de l'immobilier de commerce et de la distribution, ces 13, 14 et 15 novembre 2013 au Palais des Festivals de Cannes. Un festival, précisément, de projets, concepts et idées "vitaminées", véritable antidote aux discours pessimistes du moment, que LSA vous résume en 5 mots clés. Sans perdre pourtant son quant-à-soi. Le propre de l’immobilier commercial est de se projeter dans le futur. Attitude des plus saines ! Mais comme le disais Henri Queuille, homme politique de la Troisième République, bien souvent cité - et attesté - par ses successeurs : "les promesses n’engagent que ceux qui y croient". Tout ce qui est annoncé ici ne se fera peut-être pas dans les échéances ou proportions annoncées… Ou ne se fera pas, tout court ! Au moins l’envie d’avancer est-elle là ! Il faut s’en réjouir. Et pour précisément accompagner cet avancement de la pensée du commerce, LSA va évoluer aussi pour mieux vous éclairer. Rendez-vous le jeudi 21 novembre 2013.

Des exposants au Mapic plutôt optimistes et projetés dans le futur ! A l’image de ces gentils robots, conçus par l’autrichien Attraktion, pour accompagner les clients dans les centres commerciaux
Des exposants au Mapic plutôt optimistes et projetés dans le futur ! A l’image de ces gentils robots, conçus par l’autrichien Attraktion, pour accompagner les clients dans les centres commerciaux© D.B. LSA

1) RETAILTAINMENT

Terme anglo-saxon issu de la contraction de « retail » (commerce) et «entertainment » (divertissements-loisirs). L’une des tendances fortes du Mapic 2013. Notamment illustrée par le partenariat exclusif entre le concept espagnol Dock 39 et la foncière Frey. «En s'associant avec ce spécialiste du loisir-aventure, Frey va implanter sur ses retail-parks une offre nouvelle et inédite en France, faisant ainsi un bond stratégique vers le retailtainment. Mur d'escalade géant, parcours accrobranche, vague de surf... Dock 39 propose une offre de loisirs sportifs et récréatifs unique » indique le communiqué de la foncière. La première implantation devrait se faire dans le parc commercial Clos-du-Chêne à Marne-la-Vallée, en 2014.


2) GIGANTISME

Du grand, très grand, incroyablement grand ! C’est l’une des façons pour les promoteurs de centres commerciaux de tirer leur épingle du jeu dans un paysage commercial mature et déjà des plus densifiés. L’idée : faire plus vaste, plus beau, plus séduisant, plus confortable, plus « épatant », comme on ne dit plus en ce siècle, alors disons «énorme » comme les d’jeunes, que les voisins d’en face ! Tel Sodec avec les 100 000 m² totaux des Allées Shopping à Bayonne. Soit un centre commercial de 70 000 m² avec hyper Auchan (17 000 m²) associé à un retail-park de 30 000 m² qui ouvriront fin 2015. Certes, le centre commercial BAB2 d'Anglet (Pyrénées-Atlantiques) règne en maître sur le fief à 5 mn de Bayonne. Prévoyant même une extension de 8 000 m². Certes, Ikea ne projette pas moins qu’un magasin de 22 000 m² assorti d’une galerie de 20 000 m² dans ce même périmètre. «Mais il n’y a rien entre Bordeaux et le nord de l’Adour, en direction de l’Espagne » soutient Gérard Solas, PDG de Sodec Commercialisation et Gestion. D’où les Allées Shopping avancées comme une pièce stratégique sur un échiquier avec ses 160 boutiques et 15 moyennes surfaces sur un seul niveau élevé au-dessus d’un parking sur pilotis. Pour capter avant ses camarades les 1,5 millions d’habitants de la zone de chalandise. Scénario assez semblable avec le projet Grand Village de Toulouse-Fenouillet qui prévoit pas moins de 46 500 m² neufs et 110 magasins nouveaux dans la continuité de la galerie Géant d’ici à novembre 2015. Et à l’initiative de Mercialys en association avec Casino Immobilier. Ce qui portera l’ensemble à 78 000 m² et 150 magasins. Une fois encore, deux autres centres commerciaux existent à proximité : Blagnac à l’ouest et Gramont à l’est. Mais une fois encore «il existe au nord de Toulouse et jusqu’à Montauban, un cône de population de quelques 360 000 habitants qui ne trouve pas l’équipement qui lui correspond » argumente Guillaume Challemel, asset manager de Casino Immobilier. Ces ‘‘expatriés’’, c’est-à-dire non Toulousains d’origine, pour la plupart attirés par le dynamisme de l’industrie aéronautique locale, de catégorie socio-professionnelle élevée, n’ont pas leurs habitudes en centres commerciaux. Et seraient plutôt adeptes du centre-ville toulousain. «D’où notre projet articulé autour de Cœur de Village qui accueillera dans sa halle couverte, les meilleurs artisans des halles de Toulouse et de la gastronomie locale, au sein d’un ensemble de 75 boutiques et 11 moyennes surfaces dédiées à la mode et la santé-beauté ». Avec pour troisième maillon un retail-park d’une dizaine de moyennes surfaces. Géant ? «Pas pour une ville qui accueille 20 à 25 000 habitants nouveaux par an ! ». 


3) BOULEVARD

Les boulevards furent en leurs temps des révolutions urbanistiques, notamment développées à Paris dès le XVIIIe en remplacement des anciennes enceintes, puis sous le Second Empire avec la politique haussmannienne d'aération urbaine et d’idée de promenades. Au-delà de «reconstruire de la ville », comme annoncent éternellement les promoteurs immobiliers, ils réinventent aujourd’hui la « vieille » idée de rue ou de boulevard. D’autant que les villes s’agrandissant du centre vers les périphéries, ce qui était faubourg devient cité ! Et réclame donc de nouveaux axes commerciaux. CQFD. Ainsi avec son programme Via Bella à Vitry-sur-Seine, Sodec a déjà construit 8 300 m² de commerces de rez-de-chaussée d’immeuble incluant aussi logements et bureaux le long de la Nationale 19. «Avec des formats de 1 700 m² à 3 000 m² permettant à des enseignes de plus en plus condamnées aux périphéries de rallier un vrai équipement urbain » justifie Massaad Matar, le PDG de Sodec. Carrefour Market, Darty ou Kiabi s’y sont logés depuis 2011. En attendant celles que pourraient séduire les 40 à 50 000 m² totaux développés sur 400 mètres prévus à terme. Un programme de même esprit à Bagneux prévoit 55 000 m² sur 900 mètres longeant la Nationale 20. De même avec l’Avenue 83 à Toulon ce sont 50 000 m² avec une centaine de boutiques de centre commercial à ciel ouvert qu’Altaréa-Cogedim va installer en continuité de l’ensemble Grand Var d’ici à fin 2015. Là encore des formats de 3 000 à 5 000 m² longeront une avenue piétonne avec transport en commun dans une ambiance « sud-californienne ». Qui s’intégreront dans un ensemble de 80 000 m² prévoyant aussi hôtels, bureaux et logements dans le cadre d’une requalification de l'ancienne zone dite Barnéoud.

4) DESIGN

Seul un Philippe Starck ou un pugnace Auvergnat pouvait oser ça : designer les «boites commerciales » des entrées de ville. C’est précisément de l’union de ces deux volontés que l’idée est née. Bacacier est un spécialiste de la tôle et du bardage de bâtiments industriels basé à Cébazat dans le Puy-de-Dôme. Avec le designer, qu’on ne présente plus, ils ont imaginé une sorte de Meccano géant, à base de tôles embouties et pré-laquées, d’écrous décoratifs et d’accessoires personnalisables pour emballer, dans tous les sens du terme, les bâtiments commerciaux d’entrée de ville à la laideur si souvent consternante. «Des kits permettant à tous types de commerces s’installant en entrée de ville de se croire Vuitton ou LVMH » lance Philippe Starck peu avare de belles formules. Qui voit aussi dans sa trouvaille le secret pour... se faire adorer des maires !


5) FUTURISME

Des robots dans les centres commerciaux ! C’est l’idée de la société autrichienne Attraktion avec ses We Robots. «We » car ils ne sont jamais seuls, mais en troupe. Prêts à vous aider si vous cherchez une enseigne, vous accompagnant même jusqu’à son seuil. S’ils ne répondent pas encore à la voix – il faut saisir sa demande sur clavier – ils parlent. Leurs versions les plus élaborées pourraient mêmes, dès lors que vous seriez encartés comme fidèle, vous accueillir par votre nom et vous proposer de bonnes affaires. Leur programmateurs peuvent même les faire danser ! Plus proches du R2-D2 de Star Wars que de son compère humanoïde et protocolaire C-3PO, le We Robot monté sur roues sera malgré tout un peu emprunté pour vous précéder dans les escalators !  

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez tous les quinze jours l’actualité des centres commerciaux et foncières, surfaces commerciales, artères commerçantes et centres-villes.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA