Les tendances londoniennes préférées des designers

|

Quelques jours avant la 8e édition de la Coupe du monde de rugby, qui se tiendra du 18 septembre au 31 octobre 2015 en Angleterre, dix agences de l’Association Design Conseil dévoilent pour LSA leur coup de cœur des tendances londoniennes. Une source d'inspiration pour les distributeurs français !

Hunter

"La botte Hunter, la «botte star», a désormais son flagship londonien! La célèbre marque, fondée en 1856 en Écosse, allie savoir-faire et modernité. Son temple de Regent Street (ouvert à l’automne 2014) propose une «échappée dans la campagne anglaise». Sur 5000 m² et trois étages, le magasin évoque une grange contemporaine, avec un vaste espace rythmé par des jeux de lumière, des alcôves, des animations immersives… Le textile outdoor est présenté dans un lieu inspiré des jardins à l’anglaise, où silhouettes de buis et tables en forme de flaque d’eau se succèdent. Rendez-vous lors de la prochaine Fashion Week de Londres pour la nouvelle collection!" Julie Chanudet, responsable du planning stratégique d’AKDV

Street Feast

"Depuis 2012, Street Feast organise des « night markets » géants dans des endroits désaffectés, tous les vendredis et samedis. Pas de chaînes, pas de grands noms, seul le meilleur de la street food a droit de cité. Bien sûr, l’innovation est déjà dans le renouvellement des formes de convivialité. Mais au-delà de ça, ce qui en fait un objet design inédit, c’est la capacité de ce rendez-vous à rassembler des entreprises différentes sous une même bannière de créativité, d’énergie et de passion. Ces petites sociétés ont toutes une idée extrêmement claire de leur spécificité et du meilleur moyen de promouvoir leur offre. Leur point commun : elles sont pour la plupart managées et gérées par leurs fondateurs, et leur ADN est indissociable de leur attitude et de leur communication. Leur force est de parvenir à être authentiques, dans l’air du temps et inspirantes à leur manière. Une leçon pour toutes les marques !" CBA

 

Leon

"Tout, ici, prend le contre-pied des conventions de l’industrie. Dans cette chaîne de restauration indépendante forte de 17 points de vente dans la capitale, Leon réinvente le fast-food à la sauce veggie et saupoudré de design. Des packagings sobres et soignés viennent renforcer l’impression de qualité et de fraîcheur. Moins attendu, l’enseigne affiche une « non-standardisation » jusque dans son branding et son retail design : pas de « concept » décliné, mais du mobilier chiné, ambiance années 20, qui confère à chaque restaurant sa propre personnalité. Certains vont même jusqu’à afficher des enseignes différentes, tantôt rouge et jaune, rouge et bleu, ou néon vintage… capitalisant sur un nom iconique et toujours reconnaissable. Preuve que puissance rime désormais avec affinité plutôt qu’avec uniformité ?" Black and Gold

Press-London

"Accompagner la transformation du monde dans lequel nous vivons... C’est dans cette optique que la marque Press- London s’est créée: Georgie et Ed, les fondateurs, sont convaincus qu’aujourd’hui une vie «heureuse» passe par l’équilibre alimentaire et proposent à leurs clients des «healthy diet shots», des jus pressés à froid visant à donner aux cadres londoniens le bénéfice des fruits et légumes frais dans un format pratique et rapide. On ne parle pas ici d’une réelle innovation, mais d’un très beau travail de branding. Une marque incarnée par ses fondateurs, des valeurs simples et engageantes, une identité «pure» et unique, un territoire de marque appliqué comme un langage et ultracohérent et, surtout, un client positionné au coeur de toutes les prises de parole et initiatives de la marque… Comme ont toujours su faire nos voisins anglophones: faire du branding un levier de transformation du quotidien de chacun." Lonsdale

Le mash-up

"Les Anglo-Saxons sont friands de «mashup », cette tendance qui consiste à croiser les genres et créer de l’activation. Dans les spiritueux, par exemple, Dead Crow a aromatisé sa bière au rhum, et Red Eye Louie’s a créé la Voquila, un mix de vodka et tequila. En 2015, le mash-up est allé un cran plus loin en croisant l’alcool à la glace, pour animer la catégorie et créer de nouvelles expériences auprès de nouvelles cibles. C’est le cas de Neon Pinguin, qui propose une gamme de glaces aux recettes de cocktails (Marvellous Mojito, Strawberry Daiquiri ou Chocolate Martini) pour remplacer le vieillissant «digestif». Le cidre Kopparberg, quant à lui, se transforme en glace pilée prête à boire, avec des saveurs givrées de citron-fleur de sureau ou fraise-citron, et se vend en doypack au rayon surgelés. Pop’s, enfin, revisite la coupe de champagne en proposant une version pousse-pousse glacé. Distribué dans les clubs et les bars, il crée aussi l’unicité en adaptant ses recettes à ses lieux de vente: saveur bellini pour un restaurant italien, ou blanc de blanc chez Fortnum & Mason… So chic!" Sophie Grenier, directrice de l’innovation chez Dragon rouge

Meantime Brewing Company Tasting Rooms

"Un nom très complet pour un concept retail qui l’est tout autant : au départ simple brasserie artisanale, désormais bar, restaurant et boutique, le lieu devient une destination en soi, avec des cuves de fermentation – pleines – pour décor. Pour compléter ses déjà très populaires « tours », cette marque, créée en 1999 dans le quartier de Greenwich, a imaginé un espace où vous pouvez déguster votre bière, accompagnée du plat adéquat servi par son restaurant, assis à seulement quelques mètres de là où elle a été brassée. Quoi de plus immersif ? Bref, impossible de rester indifférent à l’ouverture des Meantime Brewing Company Tasting Rooms, surtout quand on travaille depuis dix ans pour Heineken…" Camille Yvinec, strategic planning director de Brand Union Paris

Serpentine Gallery

"L’événement design londonien de l’été pourrait être le pavillon éphémère de la Serpentine Gallery. Depuis 2000, des architectes tels que Zaha Hadid, Oscar Niemeyer ou Frank Gehry se sont succédés dans cet exercice. Le projet 2015, signé par le cabinet d’architectes espagnol Selgascano, ressemble à une chrysalide géante, ouverte et colorée. Son objectif premier est de sensibiliser le grand public à l’architecture par une approche directe et sensorielle. Plus encore, elle permet d’accueillir des performances artistiques audacieuses. Or, du Bahaus à la Black Moutain University, l’histoire nous a montré combien abolir les frontières entre les disciplines est riche pour la création."

Johanne Casagrande, Directrice Générale adjointe et Directrice des stratégies chez 4uatre 

Production locale

"D’origine italienne, vivant en France et ayant partagé la vie d’un Anglais, Nick Craig, avec qui j’ai fondé Team Creatif en 1986, j’ai pu observer différentes approches dans la valorisation du savoir-faire artisanal, local, régional et apprécier le soutien incroyable que chaque pays peut apporter à sa propre économie. En Angleterre, le local prend une dimension plus large avec un positionnement «proudly british»: du stilton aux pommes de terre, aux scones, en passant par la marmelade, le bacon et les oeufs, tout est «branded british». C’est le savoir-faire d’un pays entier qui est célébré. Le «made in England»! Pour notre belle France avec tous ses délicieux produits, nous pouvons et devons faire encore mieux: valorisons nos producteurs, nos fabricants et nos marques et faisonsen des atouts pour l’international! Tout comme le luxe, qui a toujours su jouer avec fierté la carte du «made in France», pourquoi ne pas davantage explorer la façon dont nos produits régionaux pourraient encore plus contribuer au rayonnement de la France à l’étranger?" Sylvia Vitale Rotta, fondatrice et CEO de Team Creatif Group

Made in Britain

"Au royaume d’Albion, tout n’est pas splendide, n’est-il pas? Mais il faut tout de même admettre que les signes sont aux Anglais ce que la gastronomie est aux Français. Ils les vivent comme ils respirent. Ils sont sachants et en sont gourmands. Ce qui est dessiné l’est toujours à dessein. Le design est chez eux une attitude, une façon d’être, comme en témoigne le label Made in Britain. Alors que l’on débat indéfiniment sur la marque France comme on disserterait sur le sexe des anges, nos perfides cousins agissent. De reines en rois, ils connaissent la puissance des symboles. Mais, hérauts du pragmatisme, ils relient performances économiques et actifs immatériels. C’est sec, c’est net et très efficace. God save the signe!" Gilles Deléris, cofondateur de W

 

Second Home

"Espace de coworking et lieu de vie inspirant, un brin «auberge espagnole» proposant toute une offre de services, bienvenue chez Second Home. Déco des années 70, mobilier hétéroclite, ambiance « poptimiste » et colorée accueillent restaurant, espaces de fitness, soirées DJ, conférences… Les aménagements intelligents et sur mesure de cet espace sont au service des attentes individuelles des «startupers » et personnalités hybrides qui y cohabitent, tout en encourageant le collectif et la collaboration. Car tout est conçu ici pour créer une communauté, réduire les frontières entre vies personnelle et professionnelle en favorisant le bien-être des «habitants». Ce lieu au design singulier décloisonne l’espace et les pratiques et fait vivre une véritable expérience à ses coworkers. Tout un concept au service de leur créativité! Second Home incarne un modèle d’avenir inspiré du monde qui nous entoure et préfigure les espaces de travail de demain. On y trouve d’ailleurs tous les attributs d’une marque: un ADN, des valeurs, un concept et une identité." Nicolas Neau, directeur de création, et Fanny Desbois, responsable de la communication chez Pixelis

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2378

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous