Les vendeurs de montres doivent vivre avec leur temps

L'institut d'études Precepta vient de publier un bilan de la distribution de montres en France, et ses conclusions sont plutôt cruelles pour les revendeurs. Vitrines « fouillis », réseau « qui a peu évolué depuis dix ans », concepts « relativement peu différenciés entre eux »... Pour Precepta, les horlogers semblent encore croire qu'on achète une montre essentiellement pour un baptême ou un anniversaire, ignorent ce que merchandising veut dire et sont presque entièrement passés à côté de la tendance « mode » qui a envahi l'industrie de la montre. Il est donc temps d'imaginer des concepts de magasins plus audacieux, d'opter pour des partis pris forts, d'autant que le web est là. Les ventes en ligne de montres devraient être multipliées par deux d'ici à 2010, et, pour l'heure, ce sont les pure players internet qui contrôlent ce marché. Une bonne nouvelle quand même : les ventes 2008, si elles s'annoncent moins bonnes qu'en 2007 (+ 11,2 %), devraient être en hausse de 3,5 %.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2041

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous