Les ventes de Casino en France ont stagné au troisième trimestre

|

La mauvaise saison touristique dans les régions ou Casino est très présent a pesé sur les ventes du groupe en France, qui se sont par contre très bien comportées en Amérique Latine, et au niveau groupe (+6,2% en comparable). La maîtrise des coûts a cependant permis une hausse de l'Ebitda dans l'hexagone, alors que le reconfinement pourrait de nouveau faire progresser les ventes.

Seuls les enseignes de proximité et les supermarchés du groupe Casino ont affiché une progression des ventes de juillet à septembre en France.
Seuls les enseignes de proximité et les supermarchés du groupe Casino ont affiché une progression des ventes de juillet à septembre en France.© © Casino

Pour le groupe Casino, le troisième trimestre, marqué par des ventes en hausse de 6,2%, a connu des évolutions diverses. Si les ventes en comparable ont connu une forte progression en Amérique Latine, avec l’influence très positive du Brésil, le tableau est beaucoup moins flatteur en France, ou, en comparable, les ventes sont en très léger recul. L’impact du tourisme n’y est pas étranger "avec une baisse de la fréquentation touristique à Paris et dans le Sud-Est en juillet, et une reprise de la dynamique commerciale au mois d’août". En raison de la cession de Vindémia et du plan Rocade le chiffre d’affaires total s’inscrit en recul de -10,6% a précisé le groupe. Cependant, pour ce qui est du verre à moitié plein, Casino constate que "le principal fait marquant du trimestre est la forte amélioration de l’Ebitda de 46 millions d’euros", qui s’explique par la poursuite des plans de transformation générant des gains de productivité significatifs, et des effets année pleine du plan Rocade de cession et fermeture des magasins déficitaires. "Ce qu’il faut retenir, c’est qu’après l’impact de la pandémie sur les ventes, il y a une normalisation au troisième trimestre, avec une quasi disparition des coûts liés au Covid" a indiqué le directeur financier David Lubek lors d’une conférence téléphonique. Ainsi, les investissements et mesures pour la sécurisation des magasins et des personnels ayant été réalisés au premier semestre (pour un coût de 130 millions) les dépenses liées à la crise sanitaire ne représentaient plus que 5 millions d’euros au troisième trimestre. Sur cette période, seuls les supermarchés et les réseaux de proximité sont en progression en comparable, Casino précisant que Monoprix et Franprix ont néanmoins fait mieux que la moyenne des zones ou les enseignes sont implantées. Les hypermarchés sont eux en recul de 3%. Des performances qui tranchent avec les très bons résultats délivrés hier par Carrefour.

 

Concernant le reconfinement annoncé hier par le président de la République, et l’impact sur la fréquentation, Casino a indiqué que la hausse des ventes depuis hier était de l’ordre de +30% à +50% dans les magasins, et une progression à trois chiffres sur les ventes en ligne (Cdiscount et entrepôt Ocado). L’entrepôt équipé de la technologie Ocado, qui effectuait jusqu’ici les préparations et les commandes Monoprix Plus en région parisienne, propose désormais ce même service pour Casino. Dans les autres régions, pour absorber la hausse très probable des commandes en ligne, le distributeur compte sur une palette de différentes solutions (click&collect, livraison à partir des magasins mise en place récemment, partenariats avec Deliveroo et Uber Eats, ou encore l'extension du partenariat avec Amazon Prime Now, qui concerne désormais la ville de Bordeaux. "Nous avons tiré les conclusions du précédent épisode et nous nous sommes organisés pour les stocks. Logiquement, la demande devrait augmenter dans les prochaines semaines, mais l’impact devrait être un peu moindre car les écoles restent ouvertes, et nous sommes mieux organisés avec nos fournisseurs" a conclu David Lubek.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations