Marchés

Les ventes de lait reculent en grande distribution

|

Depuis le début de l'année 2011, le marché du lait liquide souffre avec une baisse de 3,6 % des ventes volume en grandes et moyennes surfaces alimentaires (P4 2011, source CNIEL/SymphonyIRI census). Seuls le lait biologiques longue conservation, les laits vitaminés et le standards écrémé enregistrent des hausses (respectivement +15,4 %, +10,5 % et + 2,2%).

En baisse depuis quinze ans (- 14 % entre 1996 et 2010), la consommation apparente de lait s'était pourtant stabilisée l'an dernier. En grande distribution toutefois, les volumes ont baissé de 0,4 % en 2010. « Ce tassement de la consommation n’a rien d’étonnant : il y a une tendance à la baisse des quantités achetées dans les pays mûrs", a expliqué Michel Roche, secrétaire général de Syndilait et de l’Institut Professionnel du Lait de Consommation (ILPC), à l'occasion des assemblées générales annuelles de deux organismes, qui regroupent la profession. Et ce, malgré un prix moyen du lait pour le consommateurnn'a sensiblement pas bougé depuis début 2008 en France, à 1,18 euros le litre.

Malgré ce contexte délicat, les marques nationales ont réussi à gagner du terrain sur les ventes volume face aux marques de distributeurs et aux premiers prix. Quand ces derniers reculent respectivement de 1,1 % et de 1,6 %, les marques nationales prennent 2,2%. Une des raison : l’innovation. En février 2011, le nombre de références dépassait les 76 en linéaires contre 66 en 2007.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter