Les ventes de prêt-à-porter encore en recul au premier semestre 2015

|

Sept années de recul consécutif des ventes de textile-habillement, et bientôt une huitième ? Pas forcément, si l'on en croit la Fédération française du prêt-à-porter féminin. Certes, le premier semestre 2015 s'est encore conclu par une baisse des ventes, mais la fin de l'année pourrait être bien meilleure.

Les ventes globales d'habillement ont reculé de 0,4% au premier semestre 2015.
Les ventes globales d'habillement ont reculé de 0,4% au premier semestre 2015.

Le bout du tunnel, enfin ? Disons que si ce n’est pas gagné, encore, c’est peut-être en bonne voie. Certes, au premier semestre 2015, les ventes globales d’habillement ont encore reculé de 0,4%, selon la Fédération française du prêt-à-porter féminin mais, pour le second semestre, les perspectives sont plutôt bonnes. "Pour l’ensemble de l’année 2015, explique François-Marie Grau, délégué général de la Fédération, la consommation des ménages français est attendue en croissance de 1,5%, la plus forte hausse depuis 2010. Or il y a généralement une forte corrélation entre cette évolution et les achats de vêtements."

Les hommes, mieux que les femmes

Un brin d’optimisme ne peut faire de mal. Surtout si l’on considère que le secteur a déjà derrière lui sept années de recul consécutif, depuis 2008, et que personne, mais alors vraiment personne n’a envie d’en connaître une huitième.

Pour autant, cela ne reste encore que potentiel. La réalité du premier semestre, elle, continue à être plutôt cruelle. Dans le détail de ce -0,4% global, on note ainsi un recul marqué des ventes de prêt-à-porter féminin (-0,5% et même -2,3% en volume) et pour enfants (-1,1%). Seuls les articles pour hommes s’en sortent mieux : +0,2%.

Le procès des soldes

Et comment, dans cette morosité ambiante, ne pas faire le procès des soldes ? Le bilan de la période hivernale s’est soldé (sans mauvais jeu de mot) par des ventes en baisse de 6% par rapport à la même période l’année précédente, et celui de l’été par un recul de 3%. On a connu plus dynamique, il faut avouer. "Ces soldes débutent bien trop tôt, pointe Daniel Wertel, le président de la Fédération française du prêt-à-porter féminin. La saison commence à peine que, déjà, on la solde… Il faudrait raccourcir ces périodes et les reculer dans le temps. Car, en l’état, ce n’est pas la grande fête de la consommation qu’on organise avec ces soldes, mais bien plutôt l’enterrement des marges des distributeurs."

Surtout, ces soldes, de même que les autres promotions ou ventes-privées en tous genres, viennent rompre le si délicat équilibre du rapport au prix, et au prix juste, surtout. C’est ainsi qu’au premier trimestre 2015, les ventes d’articles à prix barré ont représenté 42,7% des achats. Et même 48,2% sur le seul prêt-à-porter féminin.

Découvrez les parts de marché des ventes d'habillement, au premier semestre 2015, par circuits de distribution :

 

 

 

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations