Les ventes de prêt-à-porter féminin ont chuté en 2012

|

RÉSULTAT Les ventes ont encore reculé l’an dernier en France, de 2,8% en valeur et de 2,6% en volume. Elles sont plombées par une baisse du pouvoir d'achat, tandis que les exportations des entreprises françaises du secteur ont poursuivi leur progression, selon la fédération du secteur. Les ventes sur Internet franchissent le seuil des 10%.

Les grands magasins font exception et enregistrent des ventes en hausse.
Les grands magasins font exception et enregistrent des ventes en hausse.

"L'année se termine sur un bilan en demi-teinte, marquée par une consommation intérieure difficile en France et dans l'Union européenne, compensée en grande partie par des exportations toujours dynamiques", a résumé ce mardi François-Marie Grau, secrétaire général de la Fédération française du prêt-à-porter féminin. En 2012, les ventes de prêt-à-porter féminin se sont élevées à 11 milliards d'euros, soit une baisse de 2,8% par rapport à 2011, qui avait déjà enregistré un recul de 2%. En volume, le marché s'est replié de 2,6%, après une baisse de 4,9% l'année précédente.

Pas de reprise escomptée en 2013

Pour 2013, la Fédération ne s'attend "probablement pas à une reprise" et compte une nouvelle fois sur les exportations pour "compenser l'atonie des marchés français et européens.

En 2012, les principaux circuits de distribution et chaînes spécialisées (type Zara, Mango...), les commerces indépendants multimarques et les grandes surfaces spécialisées (type Kiabi, Gemo...) ont tous enregistré un recul.

L’exception des grands magasins et de Monoprix

Seuls les grands magasins, portés par les achats de la clientèle touristique, et les magasins populaires type Monoprix ont progressé légèrement en France, respectivement de 0,2 et de 0,1 point. Le panier moyen des consommateurs a continué également de baisser à 397 euros en 2012, contre 410 en 2011 et 421 en 2010.

Ventes sur Internet en progression

Les ventes sur internet ont poursuivi leur progression, "franchissant pour la première fois la barre des 10% des achats" (11%), et bondissant encore de 18% par rapport à 2011, a indiqué la Fédération, soulignant que les exportations sont restées sur la lancée de leur "progression ininterrompue depuis 2010", grimpant de 3,4%. Mais "pour la première fois, l'Union européenne n'est plus majoritaire", passant de 56% des exportations en 2011 à 49,9% en 2012, devancée désormais par les "marchés de grand export" que sont les Etats-Unis, le Japon ou encore Hong Kong.

La profession attend "avec impatience" la table ronde sur la règlementation des soldes. Le défi des entreprises du secteur sera à la fois de "s'adapter à l'interpénétration croissante des réseaux de distribution physique et internet, et de conquérir les nouveaux marchés étrangers que sont l'Indonésie, le Vietnam et le Mexique", a déclaré François-Marie Grau.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nos formations

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message