Les ventes repartent dans l'entretien et l'hygiène-beauté

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le premier trimestre 2010 marque une reprise significative de l'activité chez l'ensemble des fabricants des secteurs de l'entretien et de l'hygiène-beauté. Le chiffre d'affaires de Colgate-Palmolive progresse de 9,5 % (à 3,8 Mrds $), celui de Procter et Gamble (P et G) de 8 % (à 19,2 Mrds $), et celui d'Unilever de 6,7 % (à 10,1 Mrds E). Des progressions à relativiser, étant donné l'état du marché sur la période précédente. Les raisons principales de ces hausses tiennent à la performance des marques dans les pays émergents, aux innovations, comme Dove Men Care pour Unilever, et à la mise en place de politiques de bas prix. Une stratégie qui a permis de retrouver de la croissance. « Nous avons augmenté nos ventes de 7 % en volume, soit le taux le plus élevé depuis dix-huit trimestres », se félicite Bob McDonald, PDG de P et G. Le groupe, qui se positionnait traditionnellement sur des segments de prix assez élevés, propose désormais des produits moins chers, afin de conquérir de nouveaux clients, notamment dans les pays émergents. Toutefois, l'heure n'est pas à l'euphorie. « Nous ferons face à un environnement plus rude au fil de l'année », pronostique Pol Polman, directeur exécutif d'Unilever.

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2136

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA