Les vidéos sponsorisées désormais mieux encadrées sur YouTube

|

YouTube a annoncé un encadrement plus strict des vidéos officieusement sponsorisées. Dans le collimateur de l’hébergeur américain : les utilisateurs qui contournent la plateforme publicitaire dédiée en plaçant discrètement produits et logos.

Humoristes, coaches et blogueurs font partie des utilisateurs visés.
Humoristes, coaches et blogueurs font partie des utilisateurs visés.© YouTube

Logo, placement de produit, message ou image publicitaire… YouTube renforce sa vigilance vis-à-vis des utilisateurs qui ne suivent pas la procédure pour les contenus publicitaires. La firme américaine devrait prochainement mettre en place un algorithme qui détectera automatiquement les contenus illicites et les interdira. Objectif : ne plus passer à côté des revenus générés par le sponsoring "sauvage" et distribuer soi-même les fruits de la monétisation aux différents intervenants : aux créateurs de vidéos et aux marques… mais aussi à Google, la maison-mère.

En modifiant ses règles d'utilisation quant aux placements de produits rémunérés, YouTube vise des utilisateurs très précis : les champions en nombre de vues et stars de Youtube (humoristes…), les coaches, les blogueurs et blogueuses qui citent et utilisent régulièrement des marques sponsors sans en avertir YouTube.

Plus de transparence vis-à-vis du public

Si l’intérêt financier de l’hébergeur de contenus vidéos ne fait aucun doute dans ce durcissement de la politique d’utilisation, les utilisateurs de YouTube pourront également s’estimer gagnants en étant mieux informés de la part de contenus publicitaires dans leurs vidéos favorites. Davantage de transparence donc, puisqu’en cas de d'intégration de produits, les créateurs devront ajouter une information en format texte dans leur contenu vidéo ou au début de la lecture de la vidéo, pour signaler le placement d'un produit rémunéré. Ils devront également mentionner depuis la page Vidéo Manager que le contenu vidéo contient un placement de produit rémunéré.

Des initiatives similaires ont déjà été prises par le passé : le site de L'Expansion rapporte que le Royaume-Uni via l'Advertising Standars Authority (ASA) a demandé, dès l’automne 2014, à YouTube d’informer systématiquement le public en ajoutant la mention "PUB" ou "PROMO" dans le titre d’une vidéo.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter