Les vins d'Afrique en quête de reconnaissance

|

Les vins du Maghreb, bien connus et au prix accessible, occupent une place importante parmi les vins étrangers. Les crus d'Afrique du Sud, méconnus et onéreux, sont toujours à la recherche de leur public.

L'une des meilleures ventesAdapté au goût des Français, le Boualaouane gris, de par sa couleur rosée et ses nuances légèrement fruités, constitue l'une des meilleures ventes en GMS de vins étrangers.
L'une des meilleures ventesAdapté au goût des Français, le Boualaouane gris, de par sa couleur rosée et ses nuances légèrement fruités, constitue l'une des meilleures ventes en GMS de vins étrangers.© PHOTOS DR

Chiffres

  • 51,3 M € Le chiffre d'affaires des vins étrangers, en hypermarchés et supers (hors hard-discount), CAM à fin mai 2011
  • 1,6% Le poids en volume des vins étrangers sur le total vins tranquilles (+ 1,4% du CA)

Source : fabricant

 

A 165 kilomètres au sud d'Addis-Abeba, en Éthiopie : c'est là, sur 125 hectares, que le groupe viticole Castel, numéro trois mondial, a entrepris de développer des vins à partir des principaux cépages internationaux, Cabernet, Sauvignon, Merlot et Chardonnay. La première récolte devrait avoir lieu en avril 2012. Le groupe l'a fait à la demande de l'État éthiopien, soucieux de remettre sur pied son patrimoine viticole.

LES TENDANCES

  • Les vins d'Afrique du Nord représentent 33,5% des volumes de vins étrangers, qui connaissent une croissance de 10%.
  • Accessibles, les vins du Maghreb comme le Boulaouane et le Sidi Brahim sont connus et appréciés des Français alors que les vins d'Afrique du Sud, plus chers, ont plus de mal à convaincre.

 

Cet investissement en dit long sur l'intérêt que Castel, déjà implanté au Maroc et en Tunisie, où il produit les marques Boulaouane et Sidi Brahim, porte à ce continent. En France, les vins d'Afrique du Nord représentent 33,5% de part de marché des vins étrangers, en volume, loin devant les vins chiliens (14,2%), espagnols (13,3%) et italiens (11,9%). Le Boulaouane, développé à partir des vignobles de la région de Meknès (Maroc), et le Sidi Brahim (Tunisie et Maroc) sont les marques les plus vendues en France. « Le Boulaouane gris et le Sidi Brahim rouge représentent nos meilleurs ventes. Nous avons travaillé nos vignobles afin que ces vins soient en phase avec le goût des Français. Ainsi, le Boulaouane gris, présente une nuance de couleur et un arôme fruité très apprécié », détaille Franck Crouzet, porte-parole du groupe Castel.

Une invitation au voyage

Le plus célèbre

Issus des vignobles des contreforts du Moyen Atlas sur le plateau de Saïss, dans la vallée de Meknès, le Sidi Brahim fait partie des vins les plus célèbres d’Afrique du Nord.

L’une des meilleures ventes
Adapté au goût des Français, le Boualaouane gris, de par sa couleur rosée et ses nuances légèrement fruités, constitue l’une des meilleures ventes en GMS de vins étrangers.

À l'opposé, les vins d'Afrique du Sud, moins de 1% des volumes de vins étrangers, ont plus de mal à convaincre. L'offre étant peu développée, les Français ont peu de chance de découvrir ces vins. « Les consommateurs méconnaissent cette région. C'est paradoxal lorsque l'on considère que les vignobles d'Afrique du Sud datent de plus de trois siècles, et que le pays occupe la neuvième place des producteurs mondiaux », s'enflamme Gaëtan Turner, fondateur de la société South World Wine, spécialisée dans l'importation et la distribution des vins du Nouveau Monde. Il parle avec passion du Pinot noir ou du Chardonnay de Bouchard Finlayson.

Ces vins sont une invitation au voyage que les français ne goûtent pas forcément, du fait aussi des prix. Sur le site Vins du monde, première société importatrice de vins étrangers (700 références), dirigée par Stéphane Raynaud, l'Afrique du Sud est à l'honneur, avec près de 22 références, dont la valeur oscille de 13 à 65 €. Mais, en GMS, le prix moyen d'un vin étranger s'élève à 3,50 €, le positionnement de Sidi Brahim et de Boulaouane. « Les vins du Nouveau Monde ne jouent pas dans la même cour », reconnaît Gaëtan Turner.

Plus proches de notre culture, plus accessibles, les vins marocains et tunisiens sont associés à la cuisine méditerranéenne. « Les occasions de soutien en prospectus sont plus nombreuses », note Franck Crouzet. Selon lui, le rayon des vins étrangers n'a pas connu, depuis vingt ans, de chamboulement, si ce n'est la démultiplication des origines. Une évolution qui ne plaide pas pour le développement du linéaire. « Beaucoup de références sont implantées pour faire de l'image, mais ne génèrent pas de volumes. C'est dommage, cela brouille la visibilité des principales références du marché », regrette-il.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 3HSB2011

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message