Les vins de Bordeaux en été : frais, fruités et engagés

À peine les premiers apéritifs de l’été pointent-ils le bout de leur nez que les bouteilles bien fraîches de rosés ou de blancs sont présentes. Et, en la matière, les vins de Bordeaux n’ont pas leur pareil : vins de châteaux et vins de marques, large gamme de prix pour répondre à toutes les envies, diversité d’appellations…
Les blancs secs, rosés et effervescents ont ainsi de quoi surprendre tous les consommateurs et souffler un vent de fraîcheur sur les moments de consommation estivaux.

 

Partager
Les vins de Bordeaux en été : frais, fruités et engagés

La saison estivale est propice aux vins blancs secs ou rosés : pour leur fraîcheur tout d’abord, mais aussi pour leur facilité d’accords avec les mets simples de la saison. Et c’est un grand nom du vin français qui en produit une grande partie : les vins de Bordeaux. L’atout majeur de ce vignoble ? Un engagement pour des vins de qualité, adaptés aux goûts du jour et respectueux de l’environnement.

Les rosés, frais et fruités

L’AOC Bordeaux rosé a la particularité d’être cultivée sur des terres proches de l’océan Atlantique, ce qui lui procure cette fraîcheur naturelle, ces notes vives de fruits rouges et cette robe rose clair si caractéristique. Obtenu à partir de raisins noirs à jus blanc, le Bordeaux rosé est le fruit d’assemblages de cépages emblématiques de la région : le cabernet franc et le merlot étant les plus représentés. Ce vin qui révèle des notes gourmandes de fraise, de groseille ou bien encore de fleurs ou de pamplemousse est empreint d’une fraîcheur intense. Ses arômes s’accordent parfaitement avec toutes les cuisines estivales, que ce soit des planches apéritives ou du snacking et des plats simples ; ils s’accordent aussi à des desserts fruités. Si cette couleur ne représente que 5 % de la production de Bordeaux, le rosé reste une valeur sûre du vignoble avec une production moyenne de 24 millions de bouteilles. Le rosé de Bordeaux offre une belle diversité de produits : du vin de marque (58 % de l’offre de Bordeaux rosé) aux vins de châteaux (12 %), Bordeaux conjugue le rosé à tous les instants de consommation de l’été tout en restant accessible (le prix moyen d’un Bordeaux rosé 75 cl est de 4,47 € vs 5,35 € pour les autres AOP). Autre atout majeur de ce vin : son conditionnement. Si la classique bouteille reste indétrônable, c’est un vin propice au format en Bag in Box, aussi économique que pratique. En 2021, ce conditionnement représentait 31 % des ventes de rosés de Bordeaux en grande distribution en France.

Le blanc sec bordelais : une palette inédite d’AOC

Autre incontournable de l’été : le vin blanc sec. Si les vins de Bordeaux sont connus pour leurs vins rouges, le vignoble produisait pourtant majoritairement du vin blanc jusqu’en 1970. Huit cépages composent la palette aromatique des 12 AOC blancs secs de Bordeaux qui s’étendent sur près de 9 000 hectares.

À côté d’AOC emblématiques comme Graves et Pessac-Léognan, qui offrent des vins structurés et d’une grande persistance aromatique souvent issus d’un élevage en barriques, les AOC Bordeaux, Entre-deux-Mers, ou bien encore Blaye Côtes de Bordeaux regorgent de vins accessibles qui offrent une explosion de fruits et une belle fraîcheur en bouche. Cette diversité de profils s’illustre également dans une offre très variée : vins de marque, vins issus de châteaux et domaines (qui représentent 24 % de l’offre des blancs secs de Bordeaux) avec un prix moyen de 4,67 € (vs 6,17 € pour les autres AOP en blanc sec) tout en ayant des vins plus valorisés (7,69 € en moyenne pour les Graves et 17,20 € pour les Pessac-Léognan). Aujourd’hui, les blancs secs de Bordeaux continuent d’offrir un excellent rapport qualité-prix tout en proposant des cuvées plus inattendues : blancs secs produits sur des terroirs célèbres pour leurs vins liquoreux comme dans le sauternais ou pour leurs vins rouges comme dans le Médoc ; encépagement avec des cépages oubliés comme le sauvignon gris ; cuvées monocépages atypiques comme un 100 % muscadelle ; élevages en amphores ; packagings réinventés…

Engagés et précurseurs

Exigences sociétales, manque d’eau, préservation des ressources, réduction des intrants, adaptation face aux changements climatiques… les vins de Bordeaux se positionnent sur tous ces sujets qu’ils jugent essentiels depuis plus de 20 ans. Une des preuves de cette transition : la pluralité des certifications présentes dans le vignoble, à travers la viticulture biologique, raisonnée ou en biodynamie. En 2021, 75 % des surfaces du vignoble étaient certifiées par une démarche environnementale (contre 35 % en 2014, avec un objectif de 100 % en 2030). Car aujourd’hui, Bordeaux est le premier département viticole biologique de France avec près de 20 % des surfaces cultivées en agriculture biologique et environ 20 000 hectares certifiés et en conversion. En parallèle, plus de 2 200 exploitations viticoles sont certifiées HVE (Haute Valeur Environnementale) et 9 600 hectares sont conduits sous la certification Terra Vitis. Autre particularité des vins de Bordeaux : face au changement climatique, les producteurs anticipent. Deux nouveaux cépages blancs ont notamment vu le jour dans les cahiers des charges de l’AOC Bordeaux blanc : l’alvarinho et le liliorila. Ces variétés d’intérêt à fin d’adaptation au changement climatique (VIFA) sont capables de résister au stress hydrique ou à certaines maladies. Autorisées à titre expérimental, ces deux nouvelles variétés sont testées par les vignerons durant les 10 prochaines années. Une manière de s’adapter à une météo de plus en plus rude et d’imaginer de nouveaux assemblages (ne devant pas excéder plus de 10 % de l’assemblage final du vin).
Source des données : CIVB/IRI à mai 2022 sur les enseignes hypers, supers, drive et proxi.

Les Crémants : les bulles de Bordeaux

À l’image de l’ensemble du marché des effervescents, les ventes de Crémants de Bordeaux bénéficient de belles performances en rayon. Bien que l’appellation Crémant soit l’une des plus récentes du Bordelais (1990), la production de vins effervescents à Bordeaux est une tradition centenaire. Cette production propose des bulles délicates et pleines de fraîcheur, idéale pour les occasions festives de l’été, en blanc comme en rosé. Cuvées millésimées, sans soufre ajouté, bouteilles signatures, atouts pour les cocktails… Le savoir-faire se perpétue dans une grande vague de modernité.
Les Crémants blancs
Arômes : citron, noisette, acacia ou pain grillé
Température de service : 7° à 11 °C
Vieillissement : 1 à 2 ans
En accompagnement : apéritifs, tapas, viandes blanches, fruits de mer.
En quelques mots : produits à base de tous les cépages bordelais, les Crémants blancs présentent de fines bulles créées naturellement lors de la fermentation. Idéaux pour la préparation de cocktails, ils peuvent aussi être des vins millésimés.
En chiffres : 211 vignerons, 566 hectares, 39 000 hectolitres produits en 2020, soit 5,2 millions de bouteilles.
Les Crémants rosés
Arômes : groseille, fraise, framboise
Température de service : 7° à 11 °C
Vieillissement : 1 à 2 ans
En accompagnement : crustacés, saumon, fromage, chocolat.
En quelques mots : les Crémants rosés sont issus des cépages noirs de Bordeaux : cabernet franc, cabernet-sauvignon, carmenère, malbec, merlot et petit verdot.
En chiffres : ils sont produits par 89 vignerons sur 230 hectares. 17 000 hectolitres ont été produits en 2020, soit 2,3 millions de bouteilles.

Contenu proposé par Conseil Interprofessionnel des vins de Bordeaux

Sujets associés