Les zones touristiques à Paris font débat

|

Ce n’est qu’une ébauche avant la publication des décrets d’application de la loi Macron. Mais, d’ores et déjà, la division de Paris en douze zones touristiques soulève la grogne des syndicats.

LES 12 ZONES AUTORISÉES À OUVRIR LE DIMANCHE

Les 12 zones autorisées à ouvrir le dimanche 

Source : LSA

Les contours des fameuses zones touristiques internationales (ZTI) sont désormais connus. Du moins pour Paris, car, demain, ce sera le tour des grandes villes françaises. Le projet d’un des premiers décrets d’application de la loi Macron, promulguée le 7 août, suscite déjà beaucoup d’interrogations. Transmis la veille du 15 août aux syndicats, aux élus locaux et aux organisations professionnelles, il divise la capitale en douze zones, au lieu de huit précédemment, dans lesquelles les commerces pourraient ouvrir tous les dimanches et tous les soirs jusqu’à minuit, inaugurant au passage la notion de « travail en soirée ».

Soit au total quelque 530 rues désormais commerçantes sept jours par semaine. Sans oublier les six gares parisiennes. Que les Champs-Élysées ou le boulevard Haussmann en fassent partie n’est guère une surprise tant ces zones répondent aux trois critères définis par la loi, à savoir : « Le rayonnement international, l’affluence des touristes et l’importance de leurs achats. »

« Le ministre est malhonnête »

En revanche, le choix d’intégrer des centres commerciaux – comme Beaugrenelle ou Italie 2, situés dans des quartiers résidentiels – mécontente les syndicats. « Emmanuel Macron est malhonnête quand il ajoute ou élargit certaines zones, estime Éric Scherrer, président du syndicat Unsa. Il généralise en fait l’ouverture dominicale dans la capitale et permet, au passage, à la Fnac d’ouvrir le dimanche, alors que la dérogation pour les commerces culturels avait été retoquée à l’Assemblée. »

Au ministère de l’Économie, on n’a pas manqué de réagir : « Seulement 6% de la surface de Paris est concernée. La carte correspond à des zones de transport importantes avec une forte présence hôtelière et des monuments qui participent à la fréquentation touristique de la capitale. » Reste à voir si la création d’emplois sera au rendez-vous dans les prochains mois. 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2376

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous