Franchise Expo Paris 2015

Lick se met au e-commerce

|

Un an après son lancement, Lick, la chaîne de magasins dédiée aux objets connectés, ouvrira en avril 2015 son site au e-commerce.

Le catalogue en ligne comptera 250 à 300 références.
Le catalogue en ligne comptera 250 à 300 références.

L'enseigne Lick  possède 17 magasins implantés dans des centres commerciaux pour la vente de produits connectés. Et d'après son fondateur Stéphane BohBot, ces boutiques restent encore en phase pilote, il n'est pas question de multiplier prochainement les ouvertures. Toutefois, pour combler son maillage, Lick mise sur la carte internet avec le lancement sur le mois d'avril d'un site e-commerce.

L'espace digital sera mis à profit pour présenter du contenu sur le catalogue produit qui compte entre 250 à 300 références. Par ailleurs, le site adopte un modèle omnichannel, où le web sera dans le retail et le retail dans le web. Ainsi, bien que Lick mise avant tout sur l'expérience client en magasin et le test de produits, l'enseigne souhaite que le consommateur puisse choisir s'il désir acheter en magasin, ou sur le web et se faire livrer chez lui, ou encore commander en point de vente pour une livraison à domicile. En magasin, Lick a opté pour un mobilier incluant des dalles Led, avec une frise qui servira à relayer les informations du web, notamment les commentaires sur les produits ou l'enseigne postés sur les réseaux sociaux.

LE PANIER MOYEN CHEZ LICK TOURNE AUTOUR DE 100 EUROS

Globalement, le développement de Lick se révèle conforme avec les attentes du président. Le panier moyen, autour de 100 euros, se révèle un peu inférieur aux attentes, mais les retours des clients quant à la partie expérience produits se montrent très positifs. Les équipes de Lick ont mené des enquêtes qui ont démontrées que le consommateur perçoit bien le magasin comme un laboratoire. Les Demo Days, où une start-up vient en magasin devant les clients présenter son nouveau produit, confortent ce positionnement. "Ces évènements fonctionnent bien, et nous sélectionnons rigoureusement les dossiers, détaille Stéphane BohBot. Le produit doit rester simple d'utilisation et démontrer tout de suite sa valeur ajoutée. De plus, nous imaginons tout de suite si la distribution de celui-ci se fera facilement, notamment dans nos magasins."    

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l'actualité des réseaux de franchise de la grande distribution et de la restauration.

Ne plus voir ce message