Lidl : manifestation des syndicats qui réclament une hausse des salaires

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Branle-bas de combat des cinq syndicats chez Lidl. A l’issue des négociations annuelles obligatoires (NAO), la direction a proposé des mesures, jugées insuffisantes par des syndicats. Ils réclament une hausse des salaires de 1 %, contre une augmentation de 0.2 % accordée par la direction.

Lidl, actuellement présent au salon de l'Agriculture, est menacée de grèves par les syndicalistes mécontents de la hausse des salaires prévue.
Lidl, actuellement présent au salon de l'Agriculture, est menacée de grèves par les syndicalistes mécontents de la hausse des salaires prévue.© DR

Le siège de Lidl, situé à Rungis (94), a connu quelques agitations, ce jeudi 3 mars. A 10 heures, des représentants des cinq syndicats se sont réunis devant le siège pour témoigner de leur mécontentement auprès de la direction. Parmi les points de frictions à l’issue des négociations annuelles obligatoires (NAO), la hausse des salaires. L’augméntation générale s’élève finalement à 0.2 % ; les syndicats veulent une augmentation de 1 %.

Bataille de chiffres

"L’augmentation générale est à 0.2 % afin de compenser le taux d’inflation, les primes reversées aux salariés sont de 0.8 %. Les mesures cumulées portent à 1 % la rétribution salariale en faveur des employés et agents de maitrise" assure le porte parole de l’enseigne. Un calcul qui ne convaint pas les cinq syndicats (CFDT, CFTC, CGT, FO, UNSA) réunis pour la première fois autour d’un tract et d’une action commune. "La direction a finalement daigné nous recevoir à 13 heures 30. Elle refuse catégoriquement d’augmenter nos salaires de 1 %. Quand on voit les budgets qui sont libérés pour la communication ou pour aider les agriculteurs, on est écoeuré de voir comment nous sommes considérés", se lamente Thierry Chantrenne, délégué CGT. 

20 millions d'euros déposés sur la table

Selon la direction, les efforts mis en place à l'issue de ces NAO 2015 sont importants. En plus de l'avantage mentionné, Lidl égrène les avancées mises en place:  la prime mensuelle d’ancienneté comportera désormais un échelon supplémentaire dès 25 ans de présence dans l’entreprise. La carte de réductions pour chaque salarié offrira une réduction qui passe de 5 à 7 % à compter du 1 er mars 2016. Enfin, un bon d’achat de Noël d’une valeur de 100 euros sera offert à chacun des quelque 20 000 collaborateurs. "L’intégralité de ces mesures représente 20 millions d’euros et ne tient pas en compte de l’accord d’intéressement ayant permis de redistribuer 6 millions d’euros au salariés de l’entreprise en 2015", avance encore le porte-parole.

Blocage d'entrepôts et fermetures de magasins à prévoir

Cette prime est justement l’objet d’une autre insatisfaction de la part des syndicats. Qui ne décolèrent pas: "On a été au bout, aujourd’hui, c’est un nouveau coup de semonce de la direction, se désole Thierry Chantrenne (CGT), on envisage maintenant d’autres actions comme le blocage d’entrepôts ou la fermeture de magasins. On va s'attaquer à l'image de marque que l'enseigne veut mettre en place".

Pour mémoire, l'enseigne, en pleine expansion, gagne du terrain et prévoit notamment de renforcer le personnel dans ses points de vente. Lors d'une interview accordée à LSA, François Leroux, DRH de Lidl, avait expliqué le plan de bataille de Lidl pour faire de l'enseigne une marque employeur de référence.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA