Lingerie : les femmes dépensent près de cinq fois plus que les hommes

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le marché de lingerie a progressé de 1,7% en France en 2015, à 2,8 milliards d'euros. Ce dynamisme doit beaucoup aux femmes, qui dépensent en moyenne 131 euros par an pour leurs sous-vêtements, quand les hommes se contentent de près de cinq fois moins, avec 28 euros seulement.

Le marché de la lingerie représente 2,8 milliards d'euros en 2015 en France. Soit une hausse de 1,7%
Le marché de la lingerie représente 2,8 milliards d'euros en 2015 en France. Soit une hausse de 1,7%© DR

La lingerie érigée en modèle anticrise. Sans doute parce qu’il faut bien prendre de soi, en ces temps difficiles… A quelque jour du salon international de la lingerie, qui se tiendra du 23 au 26 janvier 2016 à Paris, les organisateurs dévoilent les chiffres du marché pour l’année 2015, fournies par L’institut français de la mode (IFM).

Merci aux 15-24 ans

Le bilan ? Plutôt bon, merci. Avec des ventes de 2,8 milliards d’euros, le marché de la lingerie peut se targuer d’une croissance de 1,7%. Si l’on y rajoute les ventes de produits chaussants, la dynamique s’inverse, en revanche. Avec un chiffre d’affaires total de 3,5 milliards d’euros, le secteur de la lingerie et du chaussant voit en effet ses ventes reculer, très légèrement, de 0,4%. Les hypers et supers s’arrogent 22% de cet ensemble, soit 770 millions d’euros ; une proportion stable par rapport à 2014.

Avec un budget moyen de 188 euros, en hausse de 10%, les 15-24 ans sont, de très loin, les plus dépensières en la matière. La preuve de cette assertion ? La moyenne nationale pointe tout juste à 131 euros par an…

Dichotomie hommes/femmes

Et puisque l’on évoque la matière… Parlons-en justement. 80% des femmes, pour leur lingerie, préfèrent le confort au sexy, et 64% le coton à la dentelle. Jusque-là, très bien, rien à y redire. Sauf si, quand même, on interroge cette fois les hommes : 56% d’entre eux, pour les dessous de leur conjointe, voudraient privilégier le sexy au confort, et 57% la dentelle au coton. Allez former des couples solides avec tout ça…

Heureusement, allier le confort au sexy est tout à fait envisageable, qu’on se rassure, de même que de faire en sorte que la dentelle soit confortable. Ouf de soulagement généralisé… « Le confort s’étend aujourd’hui partout, jusque dans la lingerie estampillé érotico-chic », rassurent ainsi les organisatrices du salon. Lesquelles notent également le grand retour du short en soie, de même que du combishort. Tenez-le vous pour dit…

Cinq fois moins

Chez les hommes, les tendances sont nettement plus stables. Le boxer reste le produit roi, avec 62% des volumes d’achat, devant le bon vieux slip, qui fait de la résistance à 23%. La seule vraie évolution est à chercher dans le fait que, dorénavant, les hommes achètent eux-mêmes leurs sous-vêtements, dans deux cas sur trois. Mais si possible par lots, histoire de ne pas avoir à trop réitérer ce genre de comportement étrange consistant à aller acheter des vêtements…

Conséquence directe : on constate une moyenne de seulement 5,1 produits achetés dans l’année, pour un prix moyen de 5,5 euros. Soit un budget moyen annuel de… 28 euros. A comparer, donc, aux 131 euros dépensés par les femmes… Le marché des sous-vêtements masculins reste donc assez faible, à 573,3 millions d’euros en 2015, contre 596,5 millions l’année précédente. Cela représente une baisse, non négligeable, de 1,5%.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA