Services & Livraison

Livraison Express : un début de riposte de Franprix à Amazon et Carrefour

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Plutôt que de miser sur la livraison de produits alimentaires à domicile en un temps record, l’enseigne a noué un partenariat avec Allo Resto afin de proposer un service de livraison de menus à domicile en moins de 45 mn à ses clients parisiens. Repas rapides à préparer et/ou à partager, brunchs, apéros, pots de départ, l'idée est de répondre à des moments de vie-clés du quotidien. Ce sont les magasins Franprix les plus proches de l'internaute qui se chargent de préparer les commandes.

L'enseigne s'engage à livrer ses clients dans un délai de 30 à 45 minutes à Paris
L'enseigne s'engage à livrer ses clients dans un délai de 30 à 45 minutes à Paris

Repas rapides à préparer, Brunchs, apéros, pots de départ…Livrer les Parisiens en repas prêts-à-cuisiner ou prêts-à-manger en moins de 45 minutes, telle est l’ambition et la promesse du nouveau service proposé par l’enseigne de proximité Franprix. « C’est un partant de ces situations de la vie quotidienne que nous avons imaginé notre offre », explique Jean-Paul Mochet, directeur général de Franprix. Tandis qu’Amazon, Carrefour ou encore Cdiscount misent sur le développement de services de livraison express de produits alimentaires à leurs clients – majoritairement parisiens -, l’enseigne de proximité a choisi de capitaliser sur un service répondant à des « moments » de vie. Pour l’heure, seuls les magasins Franprix de Paris intra-muros sont concernés mais à terme, l’objectif du distributeur est d’étendre ce service à d’autres villes en France.

Partenariat avec Allo Resto et la startup Stuart

Ainsi, Franprix permet désormais aux internautes achetant sur la plateforme d’Allo Resto – 800 000 clients en France -, de choisir d’être livrés en menus élaborés par l’enseigne en étroite collaboration avec Allo Resto. Concrètement, lorsque l’internaute se rend sur le site d’Allo Resto, il est invité dans un premier temps à renseigner son adresse postale, afin d’afficher les restaurants à proximité de l’endroit où  il se trouve. Une fois l’adresse indiquée les restaurants s’affichent, mais aussi un moteur de recherche supplémentaire. En y entrant « Franprix », l’internaute accède aux points de vente de l’enseigne à proximité, ainsi qu’à la carte de menus proposés par le magasin. Dès lors que l’internaute a fait son choix, il valide sa commande et celle-ci est aussitôt transmise au magasin Franprix le plus proche. Ce dernier s’occupe de la préparation de la commande et la transmet à un livreur à vélo. En l’occurrence, la startup de livraison collaborative Stuart se charge d’apporter la commande au domicile du client et ce, dans un délai de 30 à 45 minutes à Paris. « Personne n’est aujourd’hui capable de livrer aussi rapidement à Paris, indique Gilles Raison, directeur général d’Allo Resto. Par exemple Carrefour à travers son service Carrefour Livraison Express s’engage sur une livraison en une heure ».

Par ailleurs, c’est un service qui est disponible du lundi au samedi, ainsi que le dimanche matin, avec une livraison gratuite pour toute commande dont le montant est supérieur à 15 euros – en-dessous, il n’est de toute façon pas possible de commander. « Le fait qu’il y ait un minimum d’achat est très classique sur ce genre de plate-forme, note un porte-parole de l’enseigne. Généralement, les plateformes ont soit un montant minimum avec une gratuité de la livraison ou un prix très bas, soit aucun montant minimum  d’achat mais une livraison payante. Avec ce partenariat, nous respectons l’usage d’Allo Resto, où chaque restaurant définit son panier minimum, et nous sommes d’ailleurs plutôt bien positionnés ».

La part belle à la marque Franprix

La carte proposée par Franprix sur le portail Allo Resto se compose de quatre grandes rubriques : « Petit-déjeuner », « brunch et ‘gouters’ », « Menus à déguster » (un exemple ci-contre), « Menus à faire chez soi », complétée par une sélection de pains, de viennoiseries, desserts, softs et boissons alcoolisées. Au total 150 références produits sont concernées et ce sont d'abord les articles sous marque Franprix qui sont utilisés. Et ce service s’appuie en outre sur l’offre développée dans le nouveau concept de magasins de l’enseigne - baptisé ‘Mandarine’ - tels que la rôtisserie, le jus d’orange frais pressé, le pain et la viennoiserie cuits sur place, etc.

Notons que l’enseigne ne cuisine absolument rien mais que ce sont bien des produits nécessitant, pour certains, d’être cuisinés à la maison, mais dans une très faible mesure. Par exemple, le Menu « brunch maison - au saumon » pour 2 personnes, se compose de Coleslaw Franprix (200 g), de croissants frais, pain au chocolat frais, saumon fumé d'Ecosse label rouge Franprix (2 tranches), de mini blinis Franprix x16, de boursin ail et fines herbes (150 g), d’une boîte de 6 gros œufs de « Nos Villages », de deux avocats, de 6 crêpes bretonnes sucrées Franprix, d’un pot de Nutella (200 g), d’une baguette tradition fraîche, d’un litre de jus d'orange frais pressé. Le tout étant facturé 25,99 euros. On voit bien ici, que nul besoin d’être Paul Bocuse pour préparer un tel brunch. Aussi, l’internaute a la possibilité d’ajouter divers ingrédients à la pièce dans sa commande, et c’est là que le modèle s’approche, dans une moindre mesure certes, de la concurrence d’Amazon et de Carrefour. Figurent par exemple de la crème glacée peanut butter Ben & Jerry's (6,99€), du Coca-Cola Classic (1,49€), du vin blanc AOC Saint Pourcain (4,99€), du whisky Johnny Walker Red Label (25,99€), des baguettes tradition (0,99€), ou encore un ananas sweet calibre 8 origine Costa Rica à l'unité (3,99€), mais aussi du yaourt gourmand framboise Mamie Nova (2x150g pour 1,99 €).

Le modèle de place de marché à l’épreuve

En approchant Allo Resto pour nouer ce partenariat, Franprix opte pour le modèle de marketplace afin de se faire une place sur le marché de la livraison express en zone urbaine. Fidèle à son modèle de place de marché, Allo Resto et se rémunère pour sa part en prélevant une commission sur le volume d’affaires généré par ce service. « Traditionnellement, la commissions prélevée sur les restaurants avec lesquels nous travaillons est de 14%. Dans ce cas précis, elle est plus faible, ce qui s’explique aussi en raison de la marge moins importante que Franprix applique à ses produits vendus », explique Gilles Raison. Quant à la partie livraison, c’est Franprix qui a la charge de rémunérer la startup Stuart pour ses services.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA