Livraisons autonomes : un outil stratégique pour le déconfinement [Tribune]

|

TRIBUNE D'EXPERTS Martin Varsavsky et Yasmine Fage, co-fondateurs de Goggo Network qui défend le développement des véhicules autonomes, plaident dans cette tribune pour un développement des tests de livraisons autonomes en France, à l'image de ce qui se fait aux USA, en Chine ou en Colombie. 

Yasmine Fage et Martin Varsavsky, Goggo Network
Yasmine Fage et Martin Varsavsky, Goggo Network © DR

Dans la France de l’après 11-mai, repenser les pratiques quotidiennes et les habitudes de consommation pour créer les conditions sanitaires de l’activité économique reste une priorité, alors que le Gouvernement esquisse les premières pistes d’une relance par la
demande. 

La fermeture des commerces pendant le confinement a conduit les Français à se tourner vers les achats en ligne, entraînant la croissance de la demande de livraisons. Les exigences sanitaires imposées par le déconfinement, devraient inscrire cette tendance dans la durée, entraînant une diversification de l’activité économique du commerce vers la numérisation, pour se réinventer ou regagner des parts de marché. 

Si les entreprises de logistique ou de transport ont réagi rapidement pour accroître leurs capacités, l’expérience a aussi montré des limites : allongement des délais, priorisation de certaines livraisons, questions sur les conditions de travail et de sécurité sanitaire des livreurs.

C’est pourquoi nous sommes convaincus que le déploiement des livraisons autonomes, dans lequel se sont déjà engagés les Etats-Unis, la Colombie ou encore la Chine présentent un intérêt technologique majeur dans le cadre de notre réponse collective aux problématiques sanitaires. 

Accélération des usages à l’étranger 

Dans ces pays, les services de livraisons autonomes, apportent une réponse pertinente aux nouvelles attentes des consommateurs, aux nouveaux besoins des entreprises, mais aussi, dans le contexte précis que nous vivons actuellement, aux besoins logistiques des systèmes de santé. 

La crise a montré une accélération des usages numériques qui semblaient encore lointains il y a quelques mois. Nous ne devons pas décélerer en sortie de crise. La période est propice à l’expérimentation de plus de solutions de livraisons autonomes afin de répondre tant à des objectifs nationaux que des besoins concrets des citoyens. 

En s’inspirant des modèles américains ou colombien, nous devons dès à présent développer ces livraisons autonomes dans des territoires identifiés conjointement avec les partenaires locaux. Ce mode de livraison permettrait d’éviter une partie des interactions humaines qui sont inhérentes à l’acheminement de biens tout en accroissant la capacité des services de livraison. 

La France pourrait être opérationnelle en 3 mois 

Mettre en oeuvre cette nouvelle option de livraison n’est pas de l’ordre de l’anticipation
technologique. Les exemples américains ou colombiens montrent que ces technologies sont existantes et déployables dans des délais assez courts. 

En Arizona, en Californie ou à Medellin, les livraisons autonomes soutiennent l’économie et les communautés locales en proposant, sur des circuits prédéfinis et progressivement complétés, des livraisons alimentaires ou de matériel médical. Preuve s’il en est de la disponibilité de la technologie, dans ces trois territoires, ce sont trois entreprises différentes qui déploient le service.

Pour l’heure, ces services autonomes ne sont pas des concurrents de la livraison classique, ils sont complémentaires. L’objectif premier est d’absorber la hausse de la demande de livraisons et d’éviter l’engorgement des services existants. Concrètement, cela aurait pour
effet de couvrir plus efficacement certains parcours, de libérer des capacités matérielles et humaines pour livrer dans les zones non couvertes et donc in fine de réduire globalement les délais de livraison et d’accroître la satisfaction des consommateurs.

Lever les verrous 

Les effets bénéfiques immédiats que cette technologie aura dans la lutte contre le COVID-19 doivent nous pousser à la considérer sérieusement. A terme, si elles sont déployées dans les territoires péri-urbains ou ruraux, ces technologies pourraient même
inciter à utiliser la livraison plutôt que d’effectuer un déplacement : réduction des coûts et délais de livraisons seront, à ce titre, les principaux moteurs de cette évolution. 

Nous pouvons et nous devons avancer rapidement sur le développement de ces solutions
mais des verrous subsistent. Le déploiement de ces technologies dans les pays cités en exemple a été permis par une volonté forte des régulateurs de simplifier les démarches d’autorisation. Pourrait-on imaginer un tel volontarisme dans notre pays ? Aujourd’hui
encore, “chaque route virtuelle doit être validée par quatre ministères différents” confessait aux Echos Vincent Talon, développeur du seul robot de livraison autonome en expérimentation en France. 

Sur les 16 expérimentations pour le développement des véhicules autonomes dans lesquelles l’Etat s’est engagé, une seulement porte sur les possibilités en matière de livraisons autonomes. Pourtant, des solutions déployables existent et peuvent permettre de répondre aux enjeux sanitaires tout en assurant un service fiable et de qualité aux consommateurs comme aux commerçants. 

Si nous voulons concrétiser l’objectif gouvernemental du million de kilomètres parcourus d’ici 2022, nous pourrions commencer par là.

Les auteurs :
Martin Varsavsky - Martin Varsavsky est un entrepreneur en série qui a fondé avec succès 7 entreprises. Pour quatre de ces entreprises, Martin a réussi à naviguer avec succès dans la complexe réglementation européenne.
Yasmine Fage - Avant de co-fonder Goggo avec Martin, Yasmine était associée chez McKinsey & Company au bureau de New York. Yasmine a également travaillé pour les banques d'investissement Lehman Brothers et la Société Générale.
L'entreprise :
Goggo Network collabore avec des acteurs du secteur technologique et industriel afin de garantir que l'avenir de la mobilité, mené par le développement de véhicules autonomes, compte avec les acteurs européens et repose sur des réseaux efficaces pour diminuer la congestion routière, l'isolement des zones rurales et l'impact environnemental.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter