Loc Maria et La Mère Poulard se diversifient

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Les deux biscuitiers bretons se lancent tour à tour sur le marché des snacks salés. Optimisation de l'outil industriel et développement de leurs marques sont les moteurs de cette extension de territoire.

Loc Maria vient de ratio- naliser son portefeuille et concentre désormais ses efforts sous sa marque de crêpes dentelle Gavottes. C'est pourquoi elle vient de rapatrier son offre de snacks salés sous cette signature alors qu'elle existait auparavant sous sa dénomination régionale Alizé. Sa gamme prend du coup une envergure nationale et va se renforcer dès janvier prochain de trois nouvelles références dont un cracker, « pour attaquer le coeur du marché », souligne Éric Lamy, directeur marketing et commercial de Loc Maria. « Les distributeurs sont demandeurs d'offres alternatives sur ce type de marchés dominés par des géants », rapporte de son côté Claude Simon, directeur général de La Mère Poulard. C'est ainsi que cette autre PME bretonne, qui a construit sa notoriété en biscuits sucrés grâce au célèbre restaurant du Mont-Saint-Michel, démarre sa gamme de snacks salés. L'extension de territoire n'est pas une nouveauté pour elle, La Mère Poulard l'a déjà étendu en frais (oeufs et crémerie). Mais c'était via la concession de sa licence alors que, cette fois-ci, elle est maître d'oeuvre. L'intérêt de cette diversification est, bien sûr, d'optimiser les capacités industrielles. « Mais aussi de commencer à réfléchir sur des actions de communication », ajoute Éric Lamy. En face d'elles, les poids lourds (Danone, Bahlsen ) dopent ce marché à la publicité et investissent de plus en plus les niches terroir et tradition qu'ils avaient trouvées. En arrivant sur le marché des snacks salés, elles retrouvent la même configuration de domination avec Lu Belin (Danone) et Lorenz. La différence est que le marché sort d'une année morose « et qu'il y a des places à prendre », ajoute Éric Lamy. Avant eux, en 2000, Kambly a suivi cette diversification. « La marque réalise désormais 25 % de son chiffre d'affaires au rayon salé », témoigne Francis Domenech, directeur commercial de Kambly.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1791

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA