Loi anti-Amazon: le coup de gueule de la Fnac

La loi votée contre Amazon, censée pénaliser le distributeur américain, ne semble pas faire le bonheur de son principal concurrent français. Croisée dans les allées du World Retail Congress, Enrique Martinez, directeur général de la Fnac en France, nous a livré ses premières impressions.

Enrique Martinez

"C’est difficile de se prononcer sans connaître ses modalités d’application, explique-t-il. On ne pourra plus offrir la réduction sur le livre et la gratuité des frais de port. Mais ce projet de loi ne résoudra pas la problématique de distorsion concurrentielle en termes de fiscalité."

En effet, plusieurs questions clés ne sont pas abordées par cette fameuse loi. Si les e-commerçants ne pourront plus faire jouer la réduction de 5% et la gratuité des frais de port, elle ne dit rien des montants qui devront être appliqués. Est-ce que Amazon et la Fnac pourront facturer les frais de ports pour une somme symbolique, quelques centimes par exemple? Mystère…

Surtout, comme beaucoup de distributeurs, Enrique Martinez estime que le vrai problème vient du très faible taux d’imposition d’Amazon en France. Dans le cadre de la conférence sur les négociations commerciales organisée par LSA, le 3 octobre, Xavier Court, co-fondateur de Vente Privée, a été encore plus direct: "A 500.000 euros près, Vente Privée paye autant d’impôts que Amazon, Facebook, Google et Twitter réunis."

En attendant, les stratèges de l’agitateur culturel sont convaincus que cette loi ne changera rien aux difficultés des petits libraires, dont Amazon ne cesse de grignoter le marché (déjà 5 % du livre). Surtout, ils voient d’un mauvais œil la pénalisation des ventes en ligne. La création de son concept de magasin en franchise devait justement séduire les petits libraires en difficulté face à Amazon en leur proposant la puissance de feu de fnac.fr s'ils passent sous pavillon de l'enseigne.

1 commentaire

giletnoir

08/10/2013 18h12 - giletnoir

Puisque vous avez la chance de croiser notre boss, vous auriez pu aussi lui demander son avis sur le nouveau plan social annoncé par la fnac. Nous, ça fait bien longtemps qu'on voit plus personne...

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message