Loi Climat: les députés veulent changer tous les parkings, ou presque...

|

Lors de l'examen du projet de Loi Climat, l'Assemblée nationale a adopté un article rendant rétroactif la végétalisation de tous les parkings et l'installation d'ombrières sur 50% des surfaces des parkings existants. 

L'addition sera lourde pour le commerce
L'addition sera lourde pour le commerce© 123rf

Coup de chaud à l'Assemblée nationale? On peut se le demander puisque dans le cadre du projet de loi Climat, les députés ont en effet adopté le 16 avril l'amendement n°6345, ajoutant un article après l'article 52. L'objectif: "éviter le développement des îlots de chaleur". Les conséquences de cet article risquent d'être très lourdes pour les enseignes alimentaires et non-alimentaires. Il faudrait en effet végétaliser entièrement tous les parkings du commerce d’ici à 2025 et installer des ombrières sur 50% de la surface des parkings extérieurs existants. "Ce qui n'est pas rien lorsque l'on sait que la grande distribution alimentaire et non alimentaire compte quelque 3 millions de places de parking en France, soit plus de 60 millions de m² de surfaces qui seraient à rénover selon ce projet article", constate Franck Charton, délégué général de Périfem, l'Association technique du commerce. Et cette initiative tombe alors que le commerce demande justement une aide - et non des coûts supplémentaires - de l'Etat pour affronter les conséquences de la pandémie de Covid-19 (surtout dans le non-alimentaire) et affronter la concurrence de l'e-commerce (de quoi creuser cette fameuse distorsion de concurrence...).

Ilots de chaleur... néfastes sur la qualité de vie!

Mais que dit précisément l'article 52: "Dans les dix années suivant la date de promulgation de la présente loi, est fixé l’objectif de réduire de 50% l’emprise au sol des constructions de parking par rapport à la décennie précédente. Cet objectif s’accompagne dans la même période de celui d’installer des ombrières pour 50% des surfaces de parkings extérieurs existants. L’ensemble des parkings devront être végétalisés d’ici 2025." On peut aussi y lire que "La réduction de l’artificialisation des sols est aujourd’hui reconnue comme un enjeu majeur car ce phénomène touche l’ensemble des composantes de l’environnement : eau, air, sol, biodiversité. Cet amendement a pour objectif de réduire l’artificialisation des sols en réduisant la construction de parking de 50% par rapport à la décennie précédente, de favoriser l’installation d’ombrières et la végétalisation des parkings. Le développement d'ombrières pour les parkings extérieurs a pour but d’éviter le développement des îlots de chaleur. Le développement des îlots de chaleur est préoccupant en raison des nombreuses conséquences néfastes qu’il a, en particulier sur la qualité de vie en milieu urbain et la santé humaine, mais aussi sur l’environnement dont l’être humain dépend. Cela peut créer du stress thermique, l'aggravation des maladies chroniques préexistantes, diminuer la qualité de l’air extérieur et intérieur, augmenter la demande en énergie liée à la climatisation et donc créer des émissions de gaz à effet de serre. Le développement des ombrières pour les surfaces de parkings extérieurs existants est donc prioritaire pour protéger notre santé et notre environnement".

Une mesure disproportionnée?

Lors des débats la députée Modem Frédérique Tuffnell a ainsi déclaré: "On sait que l’ombrage est réalisable et nécessaire aux parkings qui se trouvent parfois en plein soleil, notamment dans les zones commerciales. Certains objectent que cela coûterait cher aux collectivités ou aux exploitants privés : c’est vrai, mais nous devons tous avoir conscience qu’il nous faut revenir inlassablement sur ces sujets, afin que les aires de stationnement soient enfin mieux végétalisées et ombragées". Et à noter que la ministre déléguée au Logement, Emmanuelle Wargon, a cependant déclaré qu''Une telle mesure me paraît disproportionnée". Doux euphémisme... 

Décidément cette loi climat réserve quelques drôles de surprises à la distribution et, à la sortie, la facture risque d'être salée. Fort heureusement, ce projet de loi doit encore passer au Sénat et peut toujours être amendé... Et, au passage, on attend avec impatience de voir comment toutes les administrations françaises vont aménager leurs parkings... 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter