Loi Hamon : les distributeurs annoncent des hausses de prix de 5 %

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le projet de loi sur la consommation porté par le ministre Benoit Hamon, adopté par le Parlement le 17 décembre, ne fait pas l’unanimité.

La loi Hamon a été adoptée en deuxième lecture le 17 décembre par l'Assemblée.
La loi Hamon a été adoptée en deuxième lecture le 17 décembre par l'Assemblée.

Si Marc Simoncini, fondateur d’un site d’optique en ligne, s’est réjoui de la libéralisation du secteur, la Fédération du commerce et de la distribution a dénoncé une victoire des lobbys industriels. « Les mesures adoptées modifient en profondeur les règles de négociation des prix d’achat des produits par les distributeurs. Cette avancée fondamentale de la LME a permis, depuis 2008, une stabilité des prix. La conséquence sera un risque de hausse des prix de l’ordre de 5 %, moyenne des demandes d’augmentation, souvent injustifiées, des grands industriels depuis plusieurs années », déplore-t-elle.

Parmi ses plus ardents opposants, Michel-Edouard Leclerc a multiplié les attaques contre le projet. « Une loi que même au temps des soviets on n’aurait pas su faire », c’est « Kafka sous Hollande, c’est du délire », a-t-il confié lors d'un entretien à LSA début octobre. Hier, le président du groupement Leclerc s’est félicité sur son blog le 16 décembre des orientations retenues pour le marché de l’optique, encourageant le gouvernement à aller dans le même sens concernant les médicaments. Sur le volet relations commerciales, en revanche, il doit déchanter…

Retrouvez l'analyse de la loi Hamon par Michel-Edouard Leclerc :

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA