Loi Macron: Michel-Edouard Leclerc conteste l'injonction structurelle via son blog

|

Dossier Les fédérations et les patrons des enseignes de grande surfaces sont éminemment discrets alors que pleuvent à l'assemblée nationale articles et amendements qui la concerne, depuis l'ouverture du dimanche à l'injonction structurelle, aux contrats d'affiliation des magasins ou à la contrainte de donner les invendus alimentaires. Michel-Edouard Leclerc a toutefois réagi sur son blog pour dénoncer l'injonction structurelle qui pourrait obliger l'enseigne à revendre des hypermarchés...

Michel-Edouard Leclerc réagit vivement aux pouvoirs donnés à l'Autorité de la concurrence
Michel-Edouard Leclerc réagit vivement aux pouvoirs donnés à l'Autorité de la concurrence© © Laetitia DUARTE FILET

La rédaction vous conseille

Les distributeurs sont-ils estomaqués ou résignés par les articles et la pluie d'amendements qui les concernent alors qu'est examinée actuellement la loi Macron à l'Assemblée Nationale ? Depuis l'ouverture du dimanche, qui va alourdir les charges des entreprises de commerce, y compris les plus petits magasins, en contraignant à des compensations lors de l'ouverture du dimanche, en passant par l'obligation de donner les invendus alimentaires aux associations caritatives - probablement en perdant au passage des millions d'euros d'incitation fiscale correspondant aux dons - ou encore l'obligation de céder des hypermarchés et supermarchés en cas de position dominante dans une zones de chalandise, les risques pour le commerce se multiplient. 

"Les vraies cibles sont les GSA et les GSS"

Michel Edouard Leclerc a toutefois réagi sur son blog : "Qu’est-ce précisément qu’un magasin « qui soulève des préoccupations de concurrence du fait de prix ou de marges élevés » (rédaction législative de l’article 11) ? Je vous parie 1 portion de ticket E.Leclerc que dans l’esprit des rédacteurs, déjà, ce ne sont pas les magasins des secteurs du luxe, de la beauté et de la haute couture qui sont dans le collimateur. Ceux-là ont le droit d’être dominants par la marque et de vendre cher…« c’est culturel » ! Et toc. Les vraies cibles, ce sont les GSA et quelques GSS". 

"Pensez-vous que Plassat ou Papin m'appellent avant de choisir un terrain ? "

Le patron de  E.Leclerc admet que les enseignes ont des positions fortes. C'est indéniable, puisque E.Leclerc et Intermarché se sont développés dans l'Ouest, Géant dans le Sud; Auchan dans le Nord. Carrefour est plus national, mais le leader français s'est aussi beaucoup développé à l'international, ce qui n'est pas le cas des indépendants qui ont labouré leurs propres terres. "C’est le fruit de l’histoire, celle des centres E.leclerc qui se sont développés à partir de la Bretagne, des enseignes de la famille Mulliez à partir du Nord, de Casino à Saint-Etienne, de Système U en Vendée, etc.And so what ? Dans la guerre des prix actuelle, vous imaginez vraiment Papin ou Plassat m’appeler avant de choisir un terrain ?, interroge Michel-Edouard Leclerc.

En plus de l'injonction structurelle, les contrats d'affiliation 

Les députés devaient examiner jeudi 29 cet article baptisé injonction structurelle, qui sera probablement "enrichi" d'un encadrement plus sévève des contrats d'affiliation entre les enseignes - comme Leclerc - et les propriétaires des magasins, afin de faciliter leur "mobilité", c'est à dire qu'ils puissent se faire racheter ou rejoindre comme franchisé d'autres enseignes de distribution. Michel-Edouard Leclerc ne dit mot sur cet amendement, qu'il avait pourtant pourfendu dans le passé. Ni des invendus alimentaires, que Johnny Hallyday est venu soutenir dans une pétition...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter