Louis Dehlaize achète à Casino les 42,39% de GMB

|

LÉGISLATION - LOIS Casino et le groupe Louis Delhaize ont signé un accord aux termes duquel le groupe Louis Delhaize achètera pour 850 millions d'euros 42,39 % du capital de sa filiale GMB.

Opportunité de création d’entreprise

En partenariat avec Toute la franchise


LE PETIT CASINO

LE PETIT CASINO

75 000 € d’apport personnel

demande de documentation
 
« Nous sommes très satisfaits de cet accord qui permet au groupe Louis Delhaize de prendre 100% du contrôle de ses filiales françaises Cora, Match et Truffaut et de mener à bien sa stratégie de développement en toute indépendance. », déclare Jacques Bouriez, directeur général Groupe Louis Delhaize, «Le groupe ressort clairement renforcé par cette opération. » Concrètement, les titres seront cédés par Casino après exercice de son option d'achat auprès de Deutsche Bank. Cet accord entraîne l'arrêt définitif des procédures entre le groupe Louis Delhaize d'une part et Casino, Deutsche Bank et Carrefour d'autre part. Et il permet à Louis Delhaize de reprendre 100 % du contrôle de ses filiales notamment Cora, Supermarchés Match et Truffaut, conformément à sa volonté d'indépendance et de pérennité. Enfin cet accord met fin aux différends entre Deutsche Bank et le groupe Louis Delhaize. La transaction sera effective le 2 mai 2006.
«Notre indépendance est l'un des premiers facteurs de succès de notre stratégie. Le temps de la distribution est le temps du long terme. La maîtrise de notre stratégie en toute indépendance est aujourd'hui un atout face à nos concurrents cotés qui gèrent leurs affaires sous la pression des marchés et de leurs résultats trimestriels. », conclut Jacques Bouriez avant d'ajouter : « Il faut sortir des idées reçues sur la course au gigantisme des distributeurs. La taille ne garantit pas le succès. Notre part des marchés sur lesquels nous sommes présents est déjà significative. » « Et Dans un contexte de consommation plutôt atone en ce moment, notamment en France, LDz continue de croître. Aujourd'hui Cora est l'un des distributeurs les plus rentables en France. »

C'est en 1996 que l'affaire commence puisque dans la famille Bouriez, Michel l'aîné, puis sa sOEur Anne-Marie, décident de vendre leurs actions. Après, il est vrai une forte hausse du prix des magasins due aux lois Raffarin et Galland. En décembre 1996, donc, Carrefour acquiert plus de 40% du capital de GMB, le holding de Cora. Montant de la transaction: 3,1 milliards de francs (472 millions d'euros). Ce qui provoque la colère du très discret Philippe Bouriez.
 
En 1999, nouveau coup de théâtre. Philippe Bouriez propose à Jean-Charles Naouri, président d'Euris, actionnaire majoritaire de Casino, de créer une centrale d'achats commune baptisée Opéra. Mais après sa fusion avec Promodès en 1999, le nouveau groupe Carrefour s'est vu dans l'obligation, pour des raisons de concurrence, de revendre sa participation dans Cora. L'affaire traîne et en octobre 2001, la Commission européenne choisit un repreneur inattendu: la Deustche Bank qui offre 850 millions d'euros pour les 42%. Et dans le même temps, l'établissement bancaire conclut avec Casino un accord d'equity swap, donnant au distributeur stéphanois la possibilité d'acquérir pendant cinq ans les titres de Cora. Furieux de cette opération, Philippe Bouriez dénonce son mandat d'agent commercial à Opéra. Le protocole d'accord d'Opéra prévoyait en effet le versement d'une indemnité (61 millions d'euros la première année) par celui qui résilie le contrat, sauf lorsqu'une raison légitime est invoquée. Il s'en suit la dissolution d'Opéra fin 2002 et une passe d'arme juridique. En 2003, le tribunal arbitral ordonnant la restitution à Casino des 61 millions d'euros versés par le groupe stéphanois l'année précédente en application de la décision de la cour d'appel, majorée des intérêts, soit un total de 63,5 millions d'euros.
 
L'historique : Jacques Delhaize, négociant en vins dès 1850, a eu trois fils qui ont imaginé et appliqué en Belgique le principe du succursalisme, des points de vente livrés par un entrepôt central. L'un de ses fils, Louis Delhaize, développe une société qui est à l'origine du groupe actuel. Au début du 20ème siècle, ses descendants, Georges et René Delhaize, franchissent la frontière pour s'établir respectivement dans le Nord et l'Est de la France. Le premier crée les Docks du Nord à Lille. Le second achète Sanal à Nancy et Sadal à Strasbourg. En 1929, un de leurs neveux, André Bouriez, entre à la Sanal. En 1965, il rapproche les réseaux Mielle, Sanal, Sadal et Docks du Nord. Dès 1968, et indépendamment des autres formats et des autres pays dans lesquels il s'est développé, le groupe s'intéresse au concept d'hypermarché. A travers la société Cora, un contrat de franchise est passé avec Carrefour. Un premier hypermarché est ouvert à Garges-lès-Gonesse en septembre 1969. La réussite est immédiate, dix magasins suivent en cinq ans. Les contrats de franchise viennent à expiration en 1974 et l'enseigne Cora est mise en place. Philippe Bouriez est nommé président du groupe en 1975.
Yves Puget
 
 
Les Chiffres clés
Chiffre d'affaires du Groupe Louis Delhaize : plus de 10 milliards d'euros pour l'année 2004.
 
Nombre d'hypers Cora : 59 en France, 3 aux Antilles, 7 en Belgique, 7 en Hongrie, 2 au Luxembourg, 2 en Roumanie
Part de marché de Cora en France : 3,7%
 
Nombre de magasins Match en France : 155
Chiffre d'affaires de Match en France : 1,3 milliard d'euros en 2005
Part de marché de Match en France : 0,7%

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
Franchise explorer

Franchise explorer

L’expertise au service du secteur de la franchise

Toute l'actualité

Toute l'actualité des secteurs d'activité en franchise

X

Recevez chaque semaine l'actualité des réseaux de franchise de la grande distribution et de la restauration.

Ne plus voir ce message