Marchés

Lustucru assure la frite du rayon traiteur

|

Dossier Cet acteur présent sur de nombreuses familles au traiteur arrive avec les premières frites fraîches. Il consolide aussi son leadership sur les pâtes, notamment en lançant ses ravioles à poêler.

L226204401_3Z.jpg
L226204401_3Z.jpg© DR

Elles s'en étonnent encore. Non, les frites fraîches n'étaient pas présentes au traiteur, hormis dans le Nord de la France où quelques marques belges se sont introduites chez Auchan. Lustucru va y remédier en lançant les premières frites fraîches en rayons. Le produit se veut familial (750 g, soit quatre portions environ). Si le groupe avait déjà lancé des pommes de terre noisettes et des cubes en 2012, « cette référence rapide à préparer nécessitait un outil de découpe spécifique, nous sous-traitons donc pour le moment la confection des frites », indique Marie-Catherine Aune, directrice marketing de Lustucru frais. Elle explique vouloir capter les 34 % des consommateurs qui préparent leurs frites maison sans jamais passer par le rayon des surgelés. La marque craint de subir très rapidement la concurrence : Mc Cain a racheté une usine de pommes de terre fraîches en octobre 2012...

Autre axe d'innovation, les ravioles à poêler. La marque était légitime sur les pâtes fraîches, elle est d'ailleurs leader sur ce marché, avec 33,4 % de part de marché en volume, selon Nielsen. Elle lance ainsi deux gros formats de gnocchis et de fettucine (respectivement 700 et 600 g.) et arrive sur les ravioles à poêler avec deux références : au fromage et ail et fines herbes. Une campagne audiovisuelle, en plus de bons de réductions immédiats (BRI), viendra soutenir la nouveauté.

« À poêler » rime avec « recruter »

Le segment, initié par la marque Saint-Jean, surfe sur la vague des cuissons rapides : « Le " à poêler " au traiteur est devenu une clé d'entrée à part entière qui permet de recruter des consommateurs », avance Marie-Catherine Aune. Le packaging des pâtes farcies sera, en outre, retravaillé pour développer l'appétence des produits. Ces marchés porteurs aideront peut-être à soutenir une famille au ralenti : les box (- 4,5 % en volume et - 7,5 % en valeur, CAM à fin 2012, selon Nielsen). Après une année de récession, « qui marque un palier, et pas un arrêt, pour ce marché », insiste Marie-Catheirne Aune, Lustucru tente de se différencier. La marque lance une gamme allégée en sauce qui se distinguera avec des packagings blancs, avec deux recettes : épinard-ricotta et poulet provençal.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter