M-Commerce : Orange dévoile Cash, son application de paiement mobile

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

L’opérateur a officiellement lancé Orange Cash, son application de paiement mobile, en partenariat avec Visa. Technologiquement, cela repose sur la communication Sim NFC. Et pour le client, le fonctionnement reste proche d’un porte-monnaie virtuel, à créditer.

Le service Orange Cash prend la forme d’un compte prépayé rechargeable destiné aux clients Orange, nécessitant le téléchargement sur son smartphone de l’application Orange
Le service Orange Cash prend la forme d’un compte prépayé rechargeable destiné aux clients Orange, nécessitant le téléchargement sur son smartphone de l’application Orange
Après un an de test dans 5 villes de France (Caen, Rennes, Lille, Nice, Strasbourg), Orange lance officiellement son application de m-paiement, baptisée Cash. Le principe ? Le client rentre ses informations de paiement pour la première utilisation. Il doit ensuite créditer son porte-monnaie virtuel d’un montant voulu (maximum de 1 000 euros – 0,79 centime de frais).  La recharge peut également se faire via un virement, le téléphone fournissant un IBAN. Son mobile lui servira ensuite pour payer ses achats chez tous les commerçants  disposant d’un terminal de paiement NFC.
 
Impératif, le téléphone doit capter du réseau, et pour l’instant cette offre ne reste accessible qu’aux abonnés Orange ayant achetés également leur téléphone chez l’opérateur. Et d’ici la fin du mois,  l’application fonctionnera chez tous les abonnés Orange, sans critère sur le téléphone utilisé autre que d’être NFC. En revanche, ce service reste une exclusivité pour les clients de l'opérateur. Et bien que Visa soit le partenaire, les paiements par carte Mastercard fonctionnent en France. A l'étranger, l'interopérabilité ne fonctionne pas, le consommateur ne pourra régler avec son mobile que dans les magasins acceptant Visa.
 
L'utilisateur pourra choisir dans les réglages de l'application s'il souhaite qu'un code soit demandé à chaque transaction. En pratique, sous un montant de 20 euros, aucun code n'est demandé. Ce code sera défini par l'utilisateur lui même, sans lien avec son numéro de carte. En cas de vol, le compte sera bloqué dès que le consommateur aura signalé le méfait. Un numéro spécial pour Orange Cash a également été créé
 
L’échec de Monéo dans l’ombre
Alors que cette application n’est pas sans rappeler Monéo, qui s’est conclu sur un échec. Fabienne Dulac, directrice générale d’Orange France assure que "quand Monéo est arrivé, les équipements et la maturité du marché n’étaient pas là. La recharge avec Orange cash se fait en temps réel via le mobile. Nous apportons un service innovant et il faut compter sur un temps d’appropriation par le consommateur. Le pré-payé représente une étape intermédiaire nécessaire. On sortira clairement de ce principe à l’avenir. Il ne s’agit en tout cas pas d’un impératif de sécurité."
 
M-Paiement mais pas que…
L’application sert également pour les achats en ligne, puisque celle-ci peut générer une carte bancaire virtuelle, utilisable pour une seule transaction. Un service utile pour limiter la fraude en ligne.
 
Par ailleurs, une dimension « Bons Plans » a été prévue. Les enseignes partenaires peuvent pousser des promotions ou des réductions via l’application. Fabienne Dulac a également souligné qu’il s’agissait d’un début. D’autres services, comme la fidélité ou encore le paiement par IBAN, viendront certainement se rajouter à l’avenir. Un impératif quand on voit les initiatives dans le monde, comme AlibabaPay, qui propose une palette de services, le paiement n’étant finalement qu’un détail.
 
Pour le lancement de l’application Cash, Orange compte communiquer prochainement avec des enseignes partenaires : Picard, Etam, Relay, Ikea, McDo, Paul. Par ailleurs, la directrice générale a également annoncé qu’en janvier prochain, Orange deviendra une banque, via la structure Orange Money. Cette diversification doit permettre au groupe d’atteindre 400 millions d’euros de chiffre d’affaires le mobile banking d’ici 2018.
 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA