M-Commerce : zéro pointé en personnalisation ! [Infographie]

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Les e-commerçants français ne profitent pas comme ils le devraient du canal mobile pour construire leurs relations clients. Aucune application du top 50 des e-commerçants ne personnalise les interactions avec ses clients. C’est l’étonnant constat qui ressort de l’étude faite par Teradata qui a testé pendant un mois les applications mobiles. 

Les e-commerçants n'ont pas dupliqué les bonnes recettes du marketing web sur leurs applications mobiles.
Les e-commerçants n'ont pas dupliqué les bonnes recettes du marketing web sur leurs applications mobiles.© sdecoret - Fotolia

Disposer d'une application mobile devient, au même titre que de disposer d'une marketplace, incontournable. Pour autant,d'après l'étude réalisée par Teradata Marketing Applications sur le top 50 des applications mobiles des e-commerçants, il reste une énorme marge de progression pour faire du mobile un canal clé pour la relation client.

62% disposent d'une application mobile 

Le spécialiste de l’analyse du big data et des applications marketing a testé pendant un mois les 50 applications les plus téléchargées sous Android et iOs. Résultats, 62% des 50 premiers e-commerçants français disposent d’applications mobiles. Ce chiffre est déjà étonnant, à l'heure où l'omnicanalité est recherché par tous... Et sur ce pourcentage, seulement 29% de ces applications envoient des notifications push à leurs utilisateurs. On pourrait penser que le frein vient du consommateur qui les refuse, mais il n'en est rien. "Deux tiers des applications n'envoient pas de notifications alors que le consommateur autorise le push, analyse Yaël Kochman, marketing manager de la division business mobile Teradata Apps. Les enseignes ne saisissent pas cette opportunité de lien direct avec le client, de peur d'être trop intrusif. Il faut éduquer le marché aux applications mobiles." En effet, si on lui notifie clairement les informations qu'il recevra, il n'y a pas de risque de malentendu, conseille la responsable. En revanche, ces réglages doivent impérativement être facilement accessibles pour le client.

L'étude s'est ensuite intéressée au contenu de ces échanges. Et aucun des e-commerçants ne personnalise le contenu de leurs applications. Par personnalisation, on entend simplement rajouter le prénom ou personnaliser les offres. Le test de Teradata a été fait avec des profils homme et femme. Or le contenu était strictement identique. Autres chiffres marquants : seulement 19,4% d’entre eux utilisent un centre de préférences push et 22.6% des commerçants en ligne demandent à accéder à la géolocalisation de leurs clients tandis que 16.7% proposent de se connecter via Facebook. 

Aucune relance de panier abandonné

Alors que 68% des applications permettent aux utilisateurs de payer sur l’application, 6,4% seulement proposent des incitations à acheter directement sur l’application. Et la relance de panier abandonné, fonctionnalité clé pour le taux de conversion, a été complétement oublié. Assurément du chiffre en moins assure-t-on chez Teradata.
"Malgré l’explosion des applications mobiles, les magasins en ligne français ne profitent pas comme ils le devraient de la popularité et du dynamisme du canal mobile. La France, par rapport à ses homologues européens (Allemagne et Angleterre), connaît un léger retard", conclut Thierry Teisseire, directeur de Teradata Marketing Applications pour la France et l’Europe de l’Ouest. Par exemple au Royaume-Uni, 96% des e-commerçants possèdent une ou plusieurs applications mobiles.

Infographie résumant l'étude

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA