"M. Leclerc crie halte à la déflation: c’est lui qui l’organise !" Les déclarations de Georges Plassat, PDG de Carrefour

|

A l’occasion de la présentation des résultats 2013, le 5 mars à Paris, Georges Plassat, très en verve, s’est surtout exprimé sur les perspectives de l’année en cours. Il faut dire que les chiffres sont connus pour l’essentiel depuis le 16 janvier et la publication des ventes du quatrième trimestre. Voici ses principales déclarations.

Georges Plassat, PDG du groupe Carrefour.
Georges Plassat, PDG du groupe Carrefour.© Ludovic Marin / REA pour Carrefour

« Les marchés mûrs restent dominants. »

« Je voudrais replacer Carrefour dans son contexte mondial et vous donner quelques perspectives pour la croissance du groupe pour les 5 à 10 ans qui viennent.»

« Les marchés matures représentent 65 à 67 % du marché alimentaire mondiale. Cette part devrait baisser dans les années à venir vers 64 %. Leur croissance sera moins vigoureuse que dans les pays émergents. L’Amérique du sud est attendue autour de 9 %, l’Asie autour de 5,4 % par an, l’Afrique autour de 6 à 7 %... Il n’empêche que les marchés mûrs restent dominants. »

« L’hypermarché a une place de premier rang même si sa croissance est moins forte que le reste. »

« Les acteurs internationaux sont presque tous dans une situation de focalisation et de repli. Tous ces distributeurs ont pris le plus grand soin de défendre leur part de marché domestique. Walmart réalise 71 % de son chiffre d’affaires aux Etats-Unis, Carrefour 40 à 42 % en France, Tesco jusqu’à 67 % en Angleterre, Auchan 43 % en France (…). Il est évident que le marché domestique est la base fondamentale de la stabilité. »

 

« M. Leclerc crie halte à la déflation : c’est lui qui l’organise ! »

« Nous gardons une politique de prix efficace. Il serait curieux qu’on débouche sur une collusion des distributeurs pour arrêter les complaintes de l’agro-alimentaire. »

« M. Leclerc crie halte à la déflation : c’est lui qui l’organise ! Quant à M. Papin qui pousse des cris d’orfraie… C’est de la communication d’opportunité de la part d’entreprises qui ne peuvent faire que ça pour gérer leurs adhérents. »

 

Bilan 2013 : « les choses sont en bonne voie »

« La priorité en 2013 a été de relancer la France et l’Espagne. Les choses sont en bonne voie. »

« Nos investissements sont allés dans la remise en forme des magasins, de la dynamique commerciale. Maintenant, il faut investir dans la forme des équipes, dans la psychologie, avec beaucoup de formation. Cela prendra plus de temps.

« L’Espagne a souffert comme tout le monde depuis des années. Nous avons eu d’importants coûts de modernisation et de développement en multi format. Nous avons fait preuve d’une petite créativité nouvelle avec Supeco, qui essaye d’entretenir un esprit bodega, de marché à des prix très attractifs, dont la rentabilité est extrêmement bonne. »

« L’Italie vit la situation macroéconomique la plus difficile avec un endettement élevé et une situation politique instable. (…) Cela fait assez longtemps que ce n’est pas une source de rentabilité significative. Il faut encore se donner deux à trois ans. »

« Au Brésil, la situation est comparable à celle de GPA (Casino, NDLR) hors Via Varejo. Nous avons de bons résultats. Il faut souligner le potentiel de Atacadao qui a beaucoup d’ouvertures devant lui. »

« La Chine est un projet à long terme où il ne faut pas se montrer trop pressé ou trop ambitieux. Nous ouvrons 20 à 25 magasins par an. Nous sommes désormais sortis  des zones historiques de Pékin ou Shanghai pour tester d’autres villes. La réponse n’est pas celle espérée, ce sera plus long. Mais nous restons confiants. »

 

DRIVE : « LIVRER EN DRONES LES POIREAUX À DOMICILE, ÇA VA ÊTRE UNE AVENTURE. »

« Sur les drives, nous sommes bien avec un modèle très largement adossé. Tout le reste, quand Jeff Bezos parle de livrer des poireaux avec des drones, ce ne sont que des supputations. Livrer en drones les poireaux à domicile, ça va être une aventure, surtout au premier étage ! Nous avons près de 390 drives, l’équation économique est difficile. » 

« A l’heure actuelle, il est trop tôt pour tirer des conclusions de l’expérience belge. On peut juste dire que ce ne sont pas de grands fanatiques de drive. Je ne vois pas à ce stade de développement rapide du drive ailleurs qu’en France. »

 

CICE : « NOTRE CHIFFRE EST BIEN MOINS IMPORTANT QUE CELUI DE CASINO… »

« Le CICE est de 50 millions en 2013 pour 4 % de la masse salariale, donc vous pouvez faire le calcul s’il passe à 6 %. Ce qui m’inquiète c’est que notre chiffre est bien moins important que celui de Casino… »

 

En 2014, « on reste près de la marmite » en France et en Espagne

« En 2014, nous restons attentifs à la France et à l’Espagne. En France, on reste près de la marmite, on accompagne les gens, avec quelques moyens tout de même : un milliard d’euros. »

« Dans 18 mois, l’Europe devrait retrouver rentabilité et solidité. »

« Une partie du capex ira dans les extensions. Chaque année, il s’ouvre entre 500 000 et 600 000 mètres carrés de surfaces alimentaires en France. »

« Il faut savoir que les façades des galeries ne nous appartiennent pas. Il n’y a pas d’unité visuelle. Carrefour n’a jamais été aussi fort que quand il a piloté ses galeries. C’est reprendre en main l’animation locale. »

 

Brésil : une introduction en bourse pour 2015 ?

« Aucune introduction en bourse n’est prévue en 2014. Mais on sera prêt pour 2015. Nous n’avons pas de besoins financiers au Brésil. Ce qui nous motive c’est d’être accompagné localement par un partenaire. »

« La réorganisation du management au Brésil prépare à un ancrage local. »

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter