Mâcon : Leclerc dans la ligne de mire d'Auchan

· Carrefour domine de très loin la distribution à Mâcon · Mais Auchan, qui vient d'arriver à la place de Mammouth, veut conquérir des parts de marché · Leclerc va devoir réagir

La guerre est ouverte au nord de Mâcon (40 000 ha) où se trouvent Auchan et Leclerc. L'inauguration récente d'Auchan (6 000 m2) en lieu et place de Mammouth risque de modifier quelque peu la donne. Le lendemain de la relance de son point de vente remodelé, son directeur, Jean-Luc Farina, a fait savoir par voie de presse qu'il allait faire progresser son chiffre d'affaires de 30%. L'annonce a produit son effet, mais elle mérite tout de même un petit bémol. Le manager de l'enseigne nordiste a omis de révéler que le Mammouth qui lui a été confié, avec sa galerie marchande de 8 boutiques et un mini parking de 600 places, se faisait vraisemblablement tailler des croupières par le Leclerc voisin (2 800 m2) de Roger Simon, trop content d'avoir face à lui un navire barré sans conviction. Désormais, ce temps là est révolu et Leclerc semble se faire du souci. On lui prête même l'intention de déménager pour bénéficier d'un peu d'oxygène. Une information que n'a pas souhaité nous confirmer Roger Simon.

« La configuration du terrain est telle que, si Auchan parvient à ses fins, Leclerc a fort à craindre pour son existence même », nous a confié un observateur local. Le propos est un peu provocateur mais il n'est pas dénué de fondement. La ville de Mâcon a en effet ceci de particulier qu'elle dispose d'un plan de circulation complexe qui interdit tout transit nord-sud et vice-versa. Les deux grandes surfaces du nord n'ont donc aucune autre alternative qu'un violent choc frontal tant leurs zones de chalandise sont identiques et restreintes.

Carrefour leader incontesté

Carrefour, situé au sud, à Crêche-sur-Saône, regarde tout cela avec la sérénité du leader et l'assurance que lui confère la véritable barrière naturelle du plan actuel de circulation de la ville. Cet hypermarché est dirigé aujourd'hui de main de maître par Christian Barriol, l'un des participants au nouveau concept bazar 2000 de l'enseigne. Et sa part de marché se situe sans nul doute bien au-delà de 50% du chiffre d'affaires global réalisé par les trois enseignes réunies, évalué à environ 1,2 milliard de francs. L'arrivée d'Auchan n'a pas impressionné ce mastodonte, à l'échelle locale (10 000 m2). « Nous restons mieux placés en termes de prix, avance Christian Barriol. Et, au regard de notre taille, nous sommes bien plus attractifs en bazar que nos deux concurrents réunis. » Cette attractivité est notamment renforcée par la zone commerciale qui l'entoure. Toutes les moyennes surfaces spécialisées y sont implantées, (Darty, Gemo, But, la Halle aux Chaussures, King Jouet Aubert ) avec, en plus, un équipement hôtelier (Ibis, Campanile).

Pour assurer sa position

Carrefour a ouvert une station-service ultra-moderne avec une pompe spéciale pour les nombreux poids-lourds qui passent par la RN6 voisine. « Après deux mois d'exploitation, le succès de cette station va grandissant, confie Christian Barriol. Il ne nous reste plus qu'à trouver le moyen de mieux travailler avec les routiers et nous aurons gagné. »

L'hypermarché se verrait bien dans la peau d'un milliardaire d'ici quelque temps. « Nous avons tout ce qu'il faut pour y arriver, reprend Christian Barriol. Il nous manque juste une petite étincelle. » Elle pourrait éventuellement provenir de la constitution d'un GIE dans la zone commerciale des Bouchardes, incluant à la fois Carrefour, les 32 commerces de sa galerie marchande (4 500 m2) et les surfaces spécialisées environnantes. Un projet qui semble tenir à coeur au directeur de Carrefour mais dont l'issue est encore très aléatoire.

Mâcon centre passe à l'action

Le GIE des Bouchardes pourrait-il notamment contribuer à la relance du centre-ville ? Jean-Pierre Labruyère, le très actif président de la CCI de Mâcon, qui est également bien impliqué dans la grande distribution, avance à vive allure avec la municipalité sur cette question. Concrètement, dans le centre de Mâcon, il existe en effet un emplacement de 2 000 m2 avec un ex-Monoprix aujourd'hui fermé dans lequel tout un chacun verrait bien le développement d'un mini centre commercial. Les candidatures sont attendues. Parallèlement, de nombreux projets ont été mis en route. « Nous allons rouvrir le centre sur l'extérieur pour créer une nouvelle dynamique commerciale de coeur de ville, indique Jean-Pierre Labruyère. Outre le nouveau plan de circulation nous allons construire un parking de 600 places. Au-delà, nous travaillons à l'échelle de l'agglomération sur un schéma qui associe 22 communes autour d'une dynamique globale. » Une dynamique qui vise à donner de nouveaux moyens d'expansion au bassin économique du Val de Saône, dans lequel se trouve Mâcon.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1589

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous