[Covid-19] Les annonces d'Emmanuel Macron sur le reconfinement concernant le commerce

|

Les commerces qui ont été définis au printemps comme « non-essentiels » seront fermés dans le cadre du second confinement de l’année, démarrant le jeudi 29 octobre, à minuit, pour un mois «au moins ». Le Chef de l’Etat a donc exclu le monde du commerce des allégements de contraintes dont bénéficient d'autres secteurs, dont les services publics. Cependant des réévaluations quinzomadaires pourraient rendre possible la réouverture de certains commerces à la veille des fêtes...  

Si Emmanuel Macron déclare que « l’économie ne doit ni s’arrêter ni s’effondrer », il n’inclut pas les commerces définis au printemps comme ‘‘non-essentiels’’ dans les secteurs bénéficiant d’allégements de contraintes.
Si Emmanuel Macron déclare que « l’économie ne doit ni s’arrêter ni s’effondrer », il n’inclut pas les commerces définis au printemps comme ‘‘non-essentiels’’ dans les secteurs bénéficiant d’allégements de contraintes. © Banque d'Images 123RF Mykhaylo Palinchak

Le monde du commerce ne manquera pas d’être déçu par les annonces d’Emmanuel Macron, le Président de la République, ce mercredi 28 octobre à 20 heures, sur les modalités d’application du second confinement de l’année 2020. Déçu, car s’il admet quelques adaptations par rapport aux contraintes du printemps, ces allégements ne concernent guère le commerce. Un nouveau confinement prend donc effet ce jeudi 29 octobre, à minuit, sur tout le territoire national (avec des adaptations sur les seuls départements et territoires d’outre-mer). Ceci jusqu’au 1er décembre «au moins ». Avec le retour aux attestations pour se rendre au travail, à des rendez-vous médicaux, porter assistance à des personne, faire ses courses ou prendre l’air à proximité du domicile. L’interdiction des rassemblements publics est de nouveau en vigueur. De même que celle des déplacements d’une région à l’autre à l’exception des retours de vacances de Toussaint.

« L’économie ne doit ni s’arrêter ni s’effondrer »

Les bénéficiaires des adaptations annoncées sont les crèches, écoles, lycées qui resteront ouverts, de même les Ehpad et maisons de retraites pour les visites et… les cimetières. Mais «les commerces qui ont été définis au printemps comme non-essentiels, les établissements recevant du public, tels que bars et restaurants, seront fermés ». Etonnant, et même frustrant quand le Président, déclare ensuite que «le télétravail sera généralisé, mais l’activité continuera avec plus d’intensité ! » en détaillent le fait que «les guichets des services publics resteront ouverts, les usines, les exploitations agricoles, les bâtiments et travaux publics continueront de fonctionner… ». Sans manquer de souligner que «l’économie ne doit ni s’arrêter ni s’effondrer » ! 

Possibles réévaluations tous les 15 jours

En toute fin d’allocution Emmanuel Macron a cependant entrouvert une possibilité d’espoir. « Tous les 15 jours nous ferons le point sur l’évolution de l’épidémie, et déciderons, le cas échant, de mesures complémentaires. Nous évoluerons alors si nous pouvons alléger certaines contraintes, en particulier sur les commerces ». Et de concéder «je sais que beaucoup de commerçants espéraient ne pas fermer, je sais que pour les commerces de centre-ville je demande un très gros effort. Tenons-le avec beaucoup de rigueur pendant 15 jours. Si d’ici ces 15 jours nous maitrisons mieux la situation nous pourrons alors réévaluer les choses et espérer ouvrir certains commerces, en particulier dans cette période si importante avant les fêtes de Noël ».

Plan spécial pour les indépendants, les commerçants, les petites et moyenne entreprises

En matière de baume au cœur des commerçants et des centres-villes, il faudra se contenter de cela. Le reste des annonces n’a rien de vraiment nouveau. Même si «comme au printemps la réponse économique du ‘‘quoi-qu’il-en- coûte’’ se poursuivra ». Les petites entreprises fermées administrativement bénéficieront d’une prise en charge jusqu’à 10 000 € par mois de leurs pertes en chiffre d’affaires. Salariés et employeurs qui ne peuvent pas travailler continueront de bénéficier du chômage partiel « et nous compléterons par des mesures de trésorerie pour les charges et loyers des prochaines semaines ». Un plan spécial sera fait pour les indépendants, les commerçants, les très petites et moyenne entreprises « qui redoutent plus que tout, les prochaines semaines ».

Soutenir l’innovation dans les commandes à distances, la vente à emporter ou la livraison à domicile

Le gouvernement continuera d’accompagner les très petites et moyennes entreprises, les artisans aussi, qui entreprendront des démarches de numérisation. Le président invite « dans la mesure des possibilités de chacun, à participer de cet effort en soutenant les entreprises qui ont innové à travers des commandes à distance, la vente à emporter, ou la livraison à domicile ». Si les règles de mars s’appliquent de nouveau, les magasins ne pourront plus recevoir de public mais ils pourront continuer à vendre en clic & collect.   Emmanuel Macron a enfin annoncé que dans les jours prochains, le gouvernement ne manquera pas de détailler toutes ces mesures.

Revoir l'intervention d'Emmanuel Macron : 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations