Marchés

Magimix et Krups dans le viseur d’Ethical Coffee Company [Exclusif]

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Dans la demande en contrefaçon de brevets déposée en justice le 19 janvier 2015 par Ethical Coffee Company contre le groupe Nestlé, le fabricant de dosettes « nespresso-compatibles » met également en cause les marques Krups (groupe Seb) et Magimix qui fabriquent les machines Nespresso.

La nouvelle demande au tribunal  d'Ethical Coffee Company contre Nespresso pour contrefaçon de brevet concerne également Magimix et Krups, qui signent les machines.
La nouvelle demande au tribunal d'Ethical Coffee Company contre Nespresso pour contrefaçon de brevet concerne également Magimix et Krups, qui signent les machines.

Nouveau round dans le match opposant Ethical Coffee Company (ECC) à Nestlé. Le 19 janvier 2015, le fabricant de capsules « nespresso-compatibles » vendues sous sa marque mais aussi sous marques d’enseignes (Casino, Monoprix, Franprix et Leader Price) a déposé auprès du Tribunal de grande instance de Paris une demande en contrefaçon de brevets et en dommages et intérêts contre le groupe Nestlé. Motif : Nespresso, filiale du géant suisse, a introduit un mécanisme de harpons dans ses machines empêchant le bon fonctionnement des dosettes concurrentes, violant ainsi un brevet déposé par ECC qui estime le préjudice subi à au moins 150 millions d’euros.

Des machines signées Krups et Magimix comportant des éléments de contrefaçon

Simple bataille judiciaire entre concurrents ? Pas tout à fait… En effet, selon les informations que LSA est parvenu à se procurer, la demande déposée par ECC auprès de TGI de Paris concerne également les marques Magimix et Krups (groupe Seb), qui fabriquent les machines. Ou plutôt se contenteraient de les estampiller.

Dans sa demande auprès du tribunal, ECC pointe le modèle économique développé autour des machines Nespresso signées par Magimix et Krups mais n’étant pas fabriquées par les usines des deux marques d’électroménager. Outre le fait que ces machines comportent des éléments de contrefaçon de son brevet, ECC dénonce un système économique qui n’apporte que peu de marge, peu d’emplois et n’est profitable ni aux entreprises Seb et Magimix, ni à leurs actionnaires et encore moins aux consommateurs, arguant ainsi des prix assez similaires entre les appareils Seb et Magimix. "En refusant d’obéir à Nestlé, Seb et Magimix permettraient de créer des emplois et de développer le marché", souligne le groupe ECC.

Le feuilleton de la "guerre des dosettes" promet peut-être de nouveaux rebondissements...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA