Maïsadour redouble d'appétit

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

développement - Le groupe coopératif du Sud-ouest, déjà propriétaire de Delpeyrat, fait son entrée au capital d'Excel Développement, groupe familial spécialisé dans la production de foie gras.

La rédaction vous conseille

Et de trois ! La coopérative du Sud-Ouest Maïsadour vient d'annoncer son entrée dans le groupe landais Excel Développement. La prise de participation s'élève à 66 % du capital et sera réalisée par MVVH, la holding détenue majoritairement par Maïsadour mais aussi Vivadour et Val de Sèvres, deux autres coopératives.

Crée en 1992 par la famille Lanuque, Excel Développement réalise un chiffre d'affaires de 60 M E et contribue, avec 3 millions de canards par an, à la moitié de la production landaise de foie gras. La holding familiale est composée de deux pôles : Excel foie gras (abattage, découpe et commercialisation de canards crus) et Solendi Junca, propriétaire des marques l'Atelier du Foie gras et André Lescaze, repris au groupe Bongrain en 2007. Excel Développement réalise près de 25 % de son chiffre d'affaires à l'international en s'appuyant sur ses deux filiales espagnole et canadienne. Cette dernière, Élevage Périgord s'affirme comme le leader du foie gras au Canada avec 300 000 canards abattus par an. Une belle opération pour Delpeyrat qui se voit ainsi ouvrir le marché nord-américain et disposera d'un « outil industriel ultramoderne », selon Thierry Blandinières, président de Delpeyrat et directeur général de Maïsadour.

En France, cette opération va désormais permettre à Maïsadour de contrôler près de 35 % de la production de foie gras et fait de la coopérative le numéro un de la filière foie gras, au coude à coude avec sa rivale Euralis en nombre de canards abattus (plus de 10 millions). « Des synergies en termes d'achat et de logistique pourront être réalisées avec Delpeyrat », se réjouit Christian Lanuque, qui reste à la présidence d'Excel Développement.

Des piliers d'activité consolidés

Cette prise de participation fait suite aux deux opérations d'envergure menées par Delpeyrat depuis le début de l'année : l'acquisition au printemps de la conserverie Muller, société de foie gras basée à Hagetmau dans les Landes (32 M E de CA) auprès du groupe CCA de Monique Piffaut (William Saurin), et surtout le rachat de Maison Chevallier, le numéro un du jambon de Bayonne en juillet dernier. « Nous poursuivons la consolidation de nos trois piliers d'activité au sein de Delpeyrat, notre pôle de gastronomie du Sud-Ouest », explique Thierry Blandinières.

Un objectif qui pourrait à présent conduire la société du Sud-Ouest à renforcer son activité de plats cuisinés : « Notre site industriel est au maximum de ses capacités de production », confie le président de Delpeyrat. Ce pôle, qui pèse 30 M E, propose des plats typiques du Sud-Ouest mais pourrait évoluer, selon le président de Delpeyrat, vers une offre plus large. Une nouvelle affaire à suivre...

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2060

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA