Maisons du Monde suit son bois à la trace

|

L’enseigne de meubles et de déco tente de retracer l’origine de ses matières premières pour améliorer la certification. L’objectif, arriver à 60% de produits certifiés d’ici à 2017.

Le canapé écoconçu Roma permet de réduire la consommation d’eau de 21?% et l’impact sur la destruction de la couche d’ozone de 9%.
Le canapé écoconçu Roma permet de réduire la consommation d’eau de 21?% et l’impact sur la destruction de la couche d’ozone de 9%.

Le premier canapé écoconçu, Roma, possède une structure en bois allégée, et son rembourrage est remplacé par des fibres de textile recyclées. Résultat : la consommation d’eau est réduite de 21%, l’impact sur la destruction de la couche d’ozone baisse de 9% et sur le réchauffe­ment global de 12%. Autant d’éléments communiqués au consommateur depuis que Maisons du Monde a créé ce premier canapé dont elle peut suivre la traçabilité. C’était en 2012. Auparavant, il a fallu réaliser un bilan carbone pour mesurer dans les produits les émissions de gaz à effet de serre. Une démarche entamée par le distributeur en 2010.

2010, c’est la date à laquelle l’enseigne a commencé à s’intéresser à une démarche environnementale. « À mon arrivée, nous étions à 0% de label et 0% d’offre certifiée, raconte Fabienne Morgaut, directrice de la responsabilité sociétale des entreprises. Aujourd’hui, un produit sur deux provient d’une forêt gérée durablement. Nous sommes dans une démarche de vérification avec nos 250 fournisseurs. » Ceux-ci sont installés en Chine (60%), en Inde (20%), au Vietnam et en Indonésie. Être capable d’identifier la provenance du bois, ou de la matière première, est déjà un grand pas dans une filière où l’opacité domine. « Sur ce marché, il est impossible de faire du 100% certifié, poursuit Fabienne Morgaut. Notre but est d’atteindre 60% d’ici à 2017. » Traçabilité des matières premières, lutte contre la déforestation, création d’une nouvelle matière à partir de matelas recyclés : le développement durable prend plusieurs aspects. Avec des résultats chiffrés : entre 2010 et 2014, le nombre de références qui proviennent de forêts certifiées a crû de 62%, et 113 d’entre elles sont tracées jusqu’à la géolocalisation de la ressource bois.

Penser aussi aux salariés

Dans les usines en propre, comme celle d’Hô Chi Minh, l’enjeu porte davantage sur les conditions sociales des salariés. Le turnover est important et, de l’aveu même de Fabienne Morgaut, les freins culturels non négligeables. À l’inverse, chaque année, 25 salariés du groupe, qui en compte 5 000, partent au Vietnam et reviennent transformés en « ambassadeurs du développement durable ». La route est longue… 

La démarche en chiffres

  • 52% de l’offre meubles en bois est certifiée
  • 1 330 références meubles font l’objet d’une démarche environnementale
  • 13 projets d’ONG sont soutenus à traversle monde

Source : Maisons du Monde

« Nous arbitrons entre la volonté de poursuivre une politique de développement durable et le maintien des marges. Car le bois durable est de 10 à 15% plus cher. »

Fabienne Morgaut, directrice responsabilité sociétale des entreprises (RSE) au sein de Maisons du Monde

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2382

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA