Malgré les attentats de Paris, continuer à préserver et faire rêver les enfants

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Au lendemain des attentats de Paris, le salon Préshow Jouets et Jeux Noël s'est ouvert ce lundi 16 novembre 2015 à Deauville. Un événement, cette année marqué par la tristesse, mais auquel plus de 400 acteurs du secteur, fabricants comme distributeurs, ont tenu à assister. 

Le salon Preshow Jouets et jeux Noël s'est ouvert lundi 16 novembre à Deauville dans une ambiance lourde de tristesse mais aussi chargée d'espoir.
Le salon Preshow Jouets et jeux Noël s'est ouvert lundi 16 novembre à Deauville dans une ambiance lourde de tristesse mais aussi chargée d'espoir.

"Noël ? Le coeur n'y est plus mais on le fera parce que notre métier, c'est de donner de la joie aux enfants !" C'est ainsi qu'un acheteur de la distribution résume ses sentiments au lendemain des terribles attentats du vendredi 13 novembre à Paris. Des sentiments visiblement partagés par tous les acteurs du jeu et du jouet rassemblés à l'occasion du Préshow Jouets et Jeux Noël qui se tient jusqu'au 20 novembre 2015 à Deauville. La grand-messe du jouet français est cette année marquée par la tristesse, le choc mais aussi par l'espoir. L'espoir que, bientôt, la vie reprendra ses droits et les enfants leur insouciance.

"Nous nous devions d'être là !" 

Cette année, la traditionnelle soirée de lancement du Préshow s'est ouverte par une minute de silence. Venu sur scène, initialement pour présenter la prochaine princesse Disney dont le film animé sortira fin 2016, Jérôme Le Grand, senior vice-président retail et licensing de Disney France, a réduit son discours au minimum. "Nous nous sommes longuement interrogés à maintenir ou non notre discours. Mais nous nous devions d'être là : notre métier et notre engagement consistent à apporter du rêve et du bonheur aux enfants ainsi qu'aux plus grands en toutes circonstances. Et cet engagement est encore plus vrai aujourd'hui."

Même si beaucoup redoutent une nouvelle tragédie, tous sont motivés à redoubler d'efforts pour continuer à faire vivre la magie de Noël. "Ce qui s'est passé est dramatique. Sans oublier de hiérarchiser ce qui est essentiel et ce qui est futile, nous avons un job à faire. Il ne faut pas baisser les bras", explique Philippe Gueydon, Pdg de King Jouet. "On est encore sous le choc et la saison de Noël paraît aujourd'hui bien futile. Mais les familles continueront à fêter Noël : les parents veulent préserver les enfants et cette fête si importante pour les petits", ajoute Alain Bourgeois-Muller, président de JouéClub. 

Achats tardifs

Du côté des distributeurs, la vigilance et la sécurité ont été renforcées dans les magasins, en particulier ceux de la région parisienne et des grands centres urbains. "Les centres commerciaux, les grands hypers et les autres points de vente où la foule s'agglutine habituellement devraient particulièrement subir le contrecoup de ces attentats. Les consommateurs pourraient aussi se reporter sur les achats en ligne", estime un fabricant.

Un avis que ne partage pas un distributeur du secteur : "je ne crois pas au transfert massif sur l'internet : la clientèle des magasins physiques est attachée à ce format. Ils viendront faire leurs achats, mais plus tard. Là, personne n'a la tête à préparer Noël. Mais Noël reste une fête et elle sera toujours célébrée !" Et les enfants, eux, continueront à rêver et à croire au Père Noël.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l'actualité des acteurs et les innovations produits de l'univers des 0-14 ans.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA