Malgré un contexte économique difficile, Bongrain finit 2011 en croissance

|

L’année 2011 a été ponctuée par une succession de crise, qui a impacté les résultats financiers du groupe fromager Bongrain. Cependant, le chiffre d’affaires est en croissance (+7,3 %) et les marques continuent de gagner des parts de marché.

logo Bongrain SA

« Face à la crise, ce sont les hommes qui font la différence », confie Alex Bongrain, PDG du groupe familiale éponyme lors de la présentation des résultats financiers de 2011. Bongrain, à l’instar de ses concurrents, a subit plusieurs crise en 2011 : financière, économique, géopolitique, hausse des cours des matières premières… Pourtant, si ces événements ont impacté les résultats financiers, le résultat net baisse de 37 millions à 44 millions d’euros, le chiffre d’affaires a progressé quant à lui de 7,3 % en croissance organique à 3,9 milliards d’euros. « Des performances qui s’expliquent par la croissance volume des marques, la hausse des tarifs et le développement externe avec le rachat d’une société en Argentine et le renforcement des exportations en Asie », ajoute Alex Bongrain. En 2011, Bongrain s’est également renforcé à l’international (25,7 % du chiffre d’affaires +3 points), alors que la France représente désormais moins d’1/3 du chiffre d’affaires à 32,1 %.

Dans la catégorie des pâtes molles, Bongrain garde sa place de leader en Europe avec 24 % de part de marché, sur les pâtes fraiches, il continue de renforcer sa position. « Nos bons résultats s’expliquent car nous avons innové sur les trois tendances porteuses du moment : Naturalité, Snacking et Culinarité », explique Jean-Paul Torris, vice-président et directeur général délégué du groupe. Le pôle naturalité a été dynamisé en France par l’arrivée de produits haut de gamme à l’ancienne comme Tartare Motte Fraiche ou St Môret moulé à la crème, le snacking par les En Cas de Caprice et les multiples recettes d'Apérivrais. Enfin, sur la cuisine, des préparations pour tartiflette RichesMonts et l’arrivée de Elle & Vire fromages à la crème. Fort de ses résultats positifs en 2011, Bongrain est lucide mais confiant pour 2012. « Les incertitudes financières et économiques resteront présentes en 2012. Cette crise n’est pas la fin du monde mais d’un monde qui permet à chacun de se remettre en question. Les fondamentaux de Bongrain sont solides : des innovations, une situation financière saine et une très bonne qualité des produits du groupe », ajoute Alex Bongrain.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres