Manager de rayon, attention, denrée rare !

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

CAS PRATIQUE Les enseignes ont du mal à recruter des managers de rayon. Toutes ne peuvent pas exiger un niveau bac +3 ou +4 pour le poste, quand elles ont encore des difficultés à séduire les jeunes. Elles multiplient les occasions de les rencontrer pour faire face à un turnover important.

Ce mardi 8 avril, jeunes et moins jeunes se pressent à un salon de recrutement dédié à la distribution, à la Défense, près de Paris. Kevin, 20 ans, en troisième année d’études à l’ICD (Institut du commerce et de la distribution) à Paris, patiente pour laisser son CV sur le stand Casino.

« Je cherche un contrat en alternance en région parisienne. Or, les enseignes recrutent de moins en moins pour ce type de contrat. » Ce n’est pourtant pas ce qu’elles disent. Carrefour a encore fait part de sa volonté, il y a quinze jours, de recruter 5 000 jeunes en alternance en 2014 dans une vingtaine de métiers, avec une embauche en CDI à la clé.

Parmi ces métiers, celui de manager de rayon. Toutes en cherchent… et peu en trouvent et savent les garder. « C’est l’un des profils les plus compliqués à recruter, confirme Anthony Buchenet, manager executif senior pour la distribution chez Michael Page. Même si les enseignes font des gros efforts pour améliorer leur communication, elles souffrent toujours d’un déficit d’image. » Il y a pourtant matière à valoriser davantage ce genre de poste.

Une fonction à géométrie variable

Le poste de manager de rayon est à géométrie très variable. Rien à voir entre un supermarché de 1 000 m² qui en compte trois ou quatre maximum et un hypermarché armé d’un bataillon de managers de rayon. Les premiers vont gérer un chiffre d’affaires annuel moyen de 2 millions d’euros et une équipe de deux à trois personnes, quand les seconds vont aller jusqu’à tenir les cordons d’un compte de 20 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel.

« Un manager de rayon doit être avant tout un bon gestionnaire », précise Ibrahima Sall, directeur régional chez Leader Price et responsable d’une quinzaine de magasins en Ile-de-France. Ce 8 avril, il a récolté une dizaine de CV sur le salon de l’emploi de la distribution à la Défense. « Nous devons faire face à un vrai déficit en matière de chefs de rayon et en cherchons 50 à 100 pour Leader Price. » Les profils recherchés Des titulaires du bac avec une première expérience peuvent faire l’affaire, sinon des bac +3 débutants.

Des qualités managériales indispensables

Responsable d’un centre de profits, le manager de rayon doit en toute logique gérer une équipe, dont la taille varie donc beaucoup en fonction de celle du magasin.

Lorsque Denis Lacharme, responsable des ressources humaines pour Simply Market région Ouest, reçoit une cinquantaine de candidats dans un magasin à Brétigny-sur-Orge, dans l’Essonne, il regarde avant tout les qualités humaines et la motivation dont ils font preuve.

« C’est un élément clé pour ce genre de poste », explique-t-il. Le manager de rayon entretient également des contacts permanents avec les fournisseurs et la centrale d’achats, surtout lorsqu’il n’y a pas de chef de secteur dans le magasin. Sans oublier les relations avec les clients, quasi-quotidiennes.

Un tremplin pour d’autres postes

Évoluer en tant que chef de rayon n’est pas forcément facile, l’effet goulot d’étranglement jouant à plein… Pourtant, ce qui les attend correspond à un poste de directeur de supermarché ou de chef de secteur.

« La majorité des managers de rayon ont bac + 2 et connaissent une évolution verticale, estime Emmanuel de Catheu, directeur général d’Experis Executive, cabinet de recrutement spécialisé dans la distribution. Les enseignes ont tout intérêt à leur proposer un vrai parcours en interne pour les inciter à venir. » Daniele Pederzoli, responsable du diplôme Bachelor Retail Management à l’école Néoma, résultat de la fusion de deux écoles de commerce, celle de Rouen et celle de Reims, partage cet avis. « Trop d’enseignes manquent encore de plans de carrière bien définis. Or, rien de mieux pour motiver un jeune diplômé de définir avec lui une évolution rapide et précise dans le temps. » Qu’on se le tienne pour dit.

Les meilleurs moyens de recruter

Les écoles
Les enseignes cherchent souvent leurs futurs managers de rayon sur leur lieu d’études, via des contrats en alternance notamment.

Internet
L’Apec, mais aussi les sites des « marques-employeurs » sont de forts pourvoyeurs d’annonces pour les managers de rayon.

Les forums et les salons
C’est « le » moyen pour les enseignes de récolter un maximum de C.V. Elles peuvent présenter et valoriser le parcours qu’elles proposent aux jeunes.

La promotion interne
Contrairement au poste de directeur de magasin, c’est le canal le moins utilisé. Les chefs de caisse ou les employés du grade le plus élevé sont concernés.

L’avisd’expert

Daniele Pederzoli, responsable du Bachelor Retail Manager à l’école Néoma

« C’est l’un des postes les plus compliqués à pourvoir »

LSA - Pourquoi est-ce difficile de recruter des managers de rayon?

Daniele Pederzoli - Les enseignes ont d’énormes besoins pour ce poste-là. Or, ce n’est pas très facile. L’une des difficultés principales réside dans l’image du secteur auprès des jeunes, qui n’est pas extraordinaire. Elles font plus attention à certains points, comme les horaires, par exemple, et essaient de tenir compte de l’aménagement vie privée-vie professionnelle. Le manager de rayon n’est plus obligé de venir à cinq heures du matin, mais peut arriver à 7 h 30.

LSA - Quelles formations avez-vous mises en place?

D. P. - Nous avons deux sortes de programme, l’un en trois ans, qui se fait après le bac ou à bac + 2, l’autre est beaucoup plus court et dure un an. Les diplômés du Bachelor « retail management » commencent chef de rayon et deviennent rapidement chef de secteur et directeur de magasin. Pour l’autre programme, Distech, nous avons des partenariats avec Cora et Leclerc. 

Propos recueillis par M. P.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2315

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA