Manuel Valls dévoile son plan pour l'emploi dans les PME

Grand Messe à l'Elysée, ce matin mardi 9 juin 2015, pour l'annonce par le Premier ministre d'une série de mesures sensées faciliter l'embauche dans les entreprises de moins de cinquante salariés. Une prime de 4000 euros sera notamment donnée pour la création du premier emploi. C'est la mesure la plus lisible...

Partager
Manuel Valls dévoile son plan pour l'emploi dans les PME
Le Premier ministre veut faciliter l'embauche dans les TPE et PME

Alors que l'emploi ne cesse de reculer dans les PME et TPE, les plus soumises à la crise, le Premier ministre, Manuel Valls, accompagné de pas moins de six ministres, a présenté un plan en leur faveur dont la mesure la plus lisible est une prime de 4000 euros versées en deux fois, sur deux années, pour l'embauche d'un premier employé, ou dans le cas où l'entreprise n'a pas embauché depuis plus d'un an. La mesure ne concerne toutefois que les CDD ou les CDI de plus d'un an.

Manuel Valls a aussi présenté une initiative pour « lisser » les seuils fiscaux et sociaux qui s'appliquent aux entreprises. Au cours des trois prochaines années, les recrutements des entreprises jusqu'à 50 salariés ne déclencheront pas de prélèvements fiscaux et sociaux supplémentaires. Difficile de chiffrer la mesure, donc d'en mesurer l'ampleur. Il sera possible de renouveler deux fois (au lieu d'une) les contrats à durée déterminée ou en intérim, toujours pour les entreprises de moins de cinquante salariés.

La loi Macron comme véhicule

Le gouvernement va également plafonner les indemnités pour licenciement sans cause réelle et sérieuse. Le plafonnement variera selon la taille de l'entreprise et l'ancienneté du salarié. Les grandes entreprises ne seront pas concernées. Le gouvernement planche depuis longtemps sur les solutions à trouver en cas de licenciement et cherche également à désengorger les tribunaux prudhommaux. L'idée d'un plancher et d'un plafond connu à l'avance en cas de licenciement fait partie des pistes. Les mesures devront être discutées devant le Parlement, à l'occasion de l'examen de la loi Macron pour l'activité et la croissance, ou celle que défend le ministre du Travail, François Rebsamen. Pour la loi Macron, en cours d'examen à l'Assemblée nationale par la Commission spéciale, le Premier ministre devrait à nouveau utiliser le 49/3, c'est à dire l'adoption sans vote, pour éviter le risque qu'une majorité de députés s'oppose à son adoption, tant elle fait débat

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS

Tous les événements

Les formations LSA CONSO

Toutes les formations

LES SERVICES DE LSA CONSO

Trouvez les entreprises de la conso qui recrutent des talents

HAYS

Ingénieur commercial ENR H/F

HAYS - 07/02/2023 - CDI - Millau

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par
LSA

ARTICLES LES PLUS LUS