Marché français du disque: hausse de près de 11% en 2001

|

BRÈVES

Le chiffre d'affaires du marché discographique français a enregistré une hausse de 10,8% en 2001, à 1,2 milliard d'euros, selon le bilan annuel du Syndicat national de l'édition phonographique (SNEP). Il a été commercialisé en France l'an dernier 2.672 albums (+22%) et 916 singles (-4%). Entre 1995 et 2001, le nombre d'albums commercialisés en France a crû de 84% (de 1.451 à 2.672). Les trois derniers mois de l'année ont enregistré une hausse de 18% par rapport à la même période de 2000, a-t-on précisé de même source. Il s'est vendu en 2001, tous supports confondus, 165,7 millions de disques en France, contre 154,3 millions en 2000, soit une progression de 7,4%. La présence de la musique française sur le marché international en 2001 est qualifiée d'"exceptionnelle" par le SNEP, qui ne connaît pas encore les résultats précis de l'exportation pour l'année 2001. En 2000, il s'est écoulé 39,3 millions de disques de production française à l'étranger, dont pratiquement 80% sur le seul marché européen (et en particulier vers le Bénélux). Eric Levi ("Era") a été le plus gros "exportateur" français en 2000, devant le duo Daft Punk. Les consommateurs ont acheté l'an dernier 122,9 millions d'albums (+8%) et 37,5 millions de singles (+3,1%), ce qui marque une stabilisation depuis trois années consécutives, relève le SNEP. La variété nationale représente 58,9% du chiffre d'affaires de l'industrie phonographique en France, la variété internationale 33,2% (-1,5%). Le classique et le jazz comptent respectivement pour 5,4% et 2,5% de ce chiffre d'affaires. La progression du marché est essentiellement due aux productions nationales: le chiffre d'affaires de la variété francophone a augmenté de 15%. La hausse générale du marché est imputable essentiellement à la variété francophone à hauteur de 83%. En dix ans, la part du répertoire francophone dans le chiffre d'affaires du disque en France est passée de 42% à 58%. Parallèlement, le chiffre d'affaires du répertoire francophone a été multiplié par deux. Le tiercé 2001 des meilleures ventes de singles est exclusivement francophone, avec dans l'ordre "Star Academy" ("La musique"), L5 ("Toutes les femmes de ta vie") et Garou ("Seul"). Les cinq meilleures ventes de singles ont représenté 20% de ce marché. En albums, les deux meilleures ventes de l'année ont été réalisées par des artistes francophones, soit, dans l'ordre, Garou ("Seul") et Jean-Jacques Goldman ("Chansons pour les pieds"), suivies par l'Anglaise Dido ("No Angel"). 18 des 20 albums classés dans le Top-20 sont des productions francophones, les deux exceptions internationales étant Dido et Michael Jackson (14e avec l'album "Invincible"). A la radio, le titre le plus diffusé l'an dernier a été "Starlight" par le duo techno Supermen Lovers (14.650 passages). L'artiste le plus diffusé a été Gérald de Palmas. Universal Music détient 36% des parts de marché phonographique français, devant Sony Music (22,7%), Virgin (12,5%), Warner Music (10%), EMI (9%) et BMG (6,8%).
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter